Les déboires de Boeing et concurrence obligent, Ryanair réduit ses ambitions

©Bloomberg

Les résultats annuels 2019-2020 de Ryanair seront moindres. La compagnie low cost explique cela par des prix de billets réduits, une demande en berne et surtout des appareils Boeing qui tardent toujours à être livrés.

L'année 2019 ne sera pas celle des records pour la compagnie aérienne low cost Ryanair qui revoit à la baisse ses prévisions de profit annuel. Attendu désormais entre 800 et 900 millions d'euros, le bénéfice devait atteindre 750 à 950 millions d'euros auparavant, soit déjà en léger recul par rapport au bénéfice net de 1 milliard d'euros enregistré en 2018-2019. Le consensus des analystes est à 836 millions.

Il prévoit aussi une perte plus élevée que prévu chez Lauda, en première ligne sur des marchés allemand et autrichien défavorables.

Ryanair pointe des prix de billets en berne sous l'effet d'une demande morose au Royaume-Uni et d'une vive concurrence en Europe. Ses coûts ont aussi progressé du fait notamment de hausses de salaires accordées aux pilotes, peut-on lire dans un communiqué.

Encore et toujours 200 millions de passagers

Pour le premier semestre de son exercice décalé, le groupe irlandais fait état d'un bénéfice net de 1,15 milliard d'euros. Le groupe, qui regroupe désormais quatre compagnies, à savoir l'Irlandaise Ryanair DAC, l'Autrichienne Lauda, la Maltaise Malta Air et la Polonaise Buzz, a souffert d'une baisse des tarifs de 5% sur la période, ce qui a pesé sur ses marges en dépit d'une activité commerciale en hausse.

Les attentes de transporter d'ici 2024 quelque 200 millions de passagers restent, elles, toujours d'application.

Malgré tout, le groupe a réussi à transporter 11% de passagers en plus, avec un total de près de 86 millions, pour un chiffre d'affaires également en hausse de 11% à 5,39 milliards d'euros. Les attentes de transporter d'ici 2024 quelque 200 millions de passagers restent, elles, toujours d'application.  

En attendant Boeing

Outre ses résultats, Ryanair est également revenu sur la livraison tant attendue des appareils 737 MAX de Boeing. Cloués au sol depuis les deux crashs, les appareils ne sont toujours pas livrés.

"Nous ne nous attendons pas à des compensations, mais tout au plus à récupérer nos coûts"

Désormais, chez Ryanair on affirme qu'il est possible que la compagnie n'opérera pas encore l'été prochain sur seulement 20 appareils (là ou 58 sont en commande), et ce à cause d'un éventuel nouveau report des délais. Le CEO de Boeing affirme certes un retour dans les airs de ses avions avant Noël. Le CEO de Ryanair, Michael O'Leary, n'y croit guère.

Des discussion sont engagées avec l'Américain en vue de décrocher des compensations. "Nous ne nous attendons pas à des compensations, mais tout au plus à récupérer nos coûts", indique le CEO de Ryanair.

Et l'emploi?

Ryanair n'a enfin pas donné de détails sur les suppressions d'emplois de pilotes et personnels de cabine qu'il prévoit cet hiver en raison des déboires de Boeing.

Des fermetures de bases du transporteur sont avancées sans autre précision. Le risque de suppression d'environ 900 emplois est évoqué. Ryanair précise continuer à travailler avec ses salariés et les syndicats pour "finaliser le processus".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés