Publicité

Les syndicats de Brussels Airlines veulent faire payer Lufthansa

Le personnel de cabine de Brussels Airlines considère que le temps de repos de la nouvelle convention collective de travail n'est pas respecté. ©REUTERS

Le personnel de cabine de Brussels Airlines estime avoir été floué avec la nouvelle convention collective. Il ne veut pas pénaliser les passagers et entend s'attaquer "au portefeuille de Lufthansa".

C'est un bras de fer qui semble, à court terme, sans issue. Syndicats et direction de Brussels Airlines n'arrivent pas à trouver un terrain d'entente, malgré de nombreuses réunions, dont la dernière a eu lieu ce mercredi.

Au cœur du mécontentement des syndicats, des conditions de travail jugées trop fatigantes pour le personnel de cabine. La direction a bien fait plusieurs pas dans la direction des travailleurs, avec notamment l'engagement de 20 équivalents temps plein, mais tous ceux-ci restent insuffisants aux yeux des représentants des travailleurs.

Ils estiment que ces engagements permettent tout juste de ne pas annuler de vols, mais ne règlent pas les problèmes de fatigue alors que de nombreux travailleurs "sont en arrêt maladie". La fatigue s'accumulerait "en raison de succession de prestations intenables".

Une nouvelle convention collective de travail (CCT) avait été avalisée par les représentants des travailleurs et la direction en juin 2020, lors du premier confinement.

Cet accord, dans le cadre du plan de restructuration de la compagnie mené par l'ancien CEO Dieter Vranckx et son responsable des ressources humaines Bert Van Rompaey (également parti), a évidemment nécessité des concessions de la part des travailleurs.

"Les repos ne sont pas ceux qui ont été promis."
Olivier Van Camp
Secrétaire permanent du BBTK/Setca

Aujourd'hui ceux-ci se sentent floués. "Les repos ne sont pas ceux qui ont été promis", regrette Olivier Van Camp, secrétaire permanent du BBTK/Setca.

Chez Brussels Airlines, on dit rester ouvert au dialogue. Un nouveau système informatique permettant de mieux gérer le temps de travail et de repos est promis pour la fin de l'année.

Mais en attendant, la saison d'été touche à sa fin et les organisations syndicales sont bien conscientes qu'aucune "solution structurelle" ne sera rapidement trouvée.

"Grandes erreurs"

"Le management a avoué avoir fait de grandes erreurs dans la programmation des vols. Mais de la réunion de mercredi, seuls ces nouveaux programmes informatiques sont ressortis. Nous ne sommes pas d'accord et les délégués vont informer le personnel", détaille Van Camp.

"Aucun vol annulé"

En front commun, les syndicats avaient déjà déposé un préavis de grève, après l'échec d'une conciliation. S'ils veulent entreprendre des actions, ils doivent légalement être couverts.

"Je souligne que l’on ne va pas punir les passagers. On va toucher le portefeuille de Lufthansa"
Olivier Van Camp
Secrétaire permanent du BBTK/Setca

"Je souligne que l’on ne va pas punir les passagers. On va toucher le portefeuille de Lufthansa", détaille Van Camp, car Brussels Airlines leur a indiqué qu'il n'y avait pas d'argent pour des renforts supplémentaires.

Comprenez donc qu'aucun vol ne sera annulé à cause d'une grève du personnel. Les représentants évoquaient mercredi des "actions créatives" pour "créer de la visibilité". Il pourrait, par exemple, s'agir de ne pas organiser de service de ventes à bord.

Les actions prévues par les syndicats pourraient déjà intervenir d'ici une semaine.

Les syndicats se rappellent aussi au bon souvenir du politique qui est censé veiller à ce que les conditions de travail et de repos soient respectées dans l'aviation, un domaine où la sécurité est primordiale.

Situation financière fragile

Du côté de Brussels Airlines, la compagnie rappelle que la situation financière reste "très fragile". L'activité de l'année 2021 ne représentera que 50% de celle connue lors d'une année normale, même si "depuis quelques semaines, nous avons des revenus et des bénéfices qui rentrent".

La compagnie a reçu une aide de l'État belge sous forme de prêt. Sur les 290 millions d'euros d'aide, 190 ont déjà été débloqués (130 en décembre et 60 en février). Le reste devrait être appelé d'ici la fin de l'année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés