Les vols d'essai permis en Belgique

Le seul avion "made in Belgium" est produit par Sonaca Aircraft, mais d'autres aéronefs sont concernés par la nouvelle législation. ©Kristof Vadino

Les vols d'essai sont permis en Belgique depuis mars dans le but de soutenir la filière. Avant cela, il y avait un vide législatif, explique le cabinet du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet.

C’est un arrêté royal qui va faciliter la vie de Sonaca Aircraft et autres. Les vols d’essai d’avions et d’aéronefs sont permis en Belgique depuis la mi-mars.

"C’est un sujet qui nous est remonté assez vite quand le ministre Georges Gilkinet a pris ses fonctions. Jusqu’à présent, si une entreprise du secteur voulait tester un avion, elle ne pouvait pas le faire voler en Belgique, car l’avion devait être immatriculé comme un avion normal", détaille Benoit Ramacker, porte-parole du ministre de la Mobilité.

Dans les faits, un avion qui devait être testé pendant son élaboration était mis sur un camion pour aller être testé à l’étranger. Avec ce texte, cela ne devrait plus être le cas.

Une procédure pour donner des autorisations spécifiques a été mise sur pied avec la DGTA. "Cela fonctionne avec des permissions qui rendent ces tests beaucoup plus faciles", explique Benoit Ramacker.

"Jusqu’à présent, si une entreprise du secteur voulait tester un avion, elle ne pouvait pas le faire voler en Belgique, car l’avion devait être immatriculé comme un avion normal."
Benoît Ramacker
Porte-parole de Georges Gilkinet

On pense évidemment en premier lieu à Sonaca Aircraft chez qui le ministre s'est rendu récemment, une société qui parle aux écologistes car ils mettent des choses en place "pour réduire l’impact de l’aviation". On pense aussi à Dynali, le petit producteur d'hélicoptères basé près de Nivelles. La mesure vise également à soutenir les producteurs d’ULM, de drones ou de Montgolfières établis en Belgique.

Un dossier complet sur l'essai escompté avec une analyse des risques qui démontre "qu'un niveau de sécurité satisfaisant peut être assuré" devra être monté pour que ces vols puissent être réalisés. Une redevance de 1.000 euros est due pour la délivrance de cette permission qui sera valable 5 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés