Lockheed signe un premier accord concret en Belgique

Le C-130 Hercules de Lockheed Martin. ©REUTERS

Sabena Aerospace a obtenu du groupe américain la prolongation de son statut de centre de services agréé pour l’entretien de C-130 Hercules.

Mis sous pression ces derniers jours par une partie de l’industrie belge qui l’accuse de tarder à tenir ses promesses de retours économiques, Lockheed Martin a signé mercredi au salon du Bourget un accord avec Sabena Aerospace, le premier du genre dans le cadre de la "préservation des intérêts essentiels de sécurité" évoquée par la Belgique à l’occasion de l’achat de 34 avions de combat F-35.

"Nous remplirons nos obligations dans chaque pays".
Richard Edwards
Vice-président de Lockheed Martin

Cet accord prolonge pour dix ans la reconnaissance par le constructeur américain de Sabena Aerospace comme centre de services agréé de l’avion de transport militaire C-130 Hercules de Lockheed Martin, à partir du moment où le dernier appareil belge de ce type sera retiré du service. Une extension qui devrait permettre à l’ex-filiale belge de Sabena Technics, qui a retrouvé son indépendance lors d’un management buy-out (MBO) en 2014, d’assurer la maintenance et la réparation de C-130 de l’Otan jusqu’en 2032.

"Nous aurions perdu notre agrément en 2023 car Lockheed a pour principe de n’accorder cet agrément qu’aux sociétés des pays utilisateurs de l’appareil", a expliqué le CEO de Sabena Aerospace, Stéphane Burton, en précisant qu’il y avait environ un millier de C-130 en service dans le monde, hors ceux de l’US Air Force. "On sait comme cela que l’on peut investir et former des jeunes. Autre intérêt, cela permet de faire la jonction avec l’A400M d’Airbus".

Sabena Aerospace est en effet grandissime favorite pour effectuer la maintenance sur les futurs A400M. La société, basée dans l’enceinte de l’aéroport de Zaventem, est par ailleurs sur les rangs pour d’autres accords avec le géant américain, a encore indiqué Stéphane Burton, que ce soit seule ou dans le cadre de sa filiale Ignition!, créée avec la Sonaca.

De son côté, Lockheed Martin a indiqué mercredi qu’il tiendrait sur le long terme toutes les promesses de retombées économiques faites à la Belgique dans le cadre du contrat F-35. "Nous remplirons nos obligations dans chaque pays" client de cet appareil, a assuré à l’agence Belga un vice-président de Lockheed Martin, Richard Edwards. "Lockheed Martin n’est pas une entreprise qui dit 'nous allons faire tout cela' pour ensuite ne rien donner", a-t-il fait valoir. "Les partenariats en Europe sont essentiels au succès du F-35", a surenchéri une autre vice-présidente de LM, Michele Evans.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect