Lufthansa sollicite ses actionnaires pour une extension de capital

Lufthansa a utilisé, jusqu'ici, 2,5 milliards d'euros sur le montant de 6,8 milliards du plan de sauvetage allemand. ©Photo News

Lufthansa rencontre ses actionnaires pour une augmentation de capital de plus de 5 milliards d'euros. Cet argent servira à rembourser une partie des aides d'État.

Lufthansa prévoit de demander, ce mardi, à son assemblée générale, le feu vert pour une augmentation du capital de 5,5 milliards d'euros maximum. L'objectif est de rembourser les aides publiques qui ont permis au premier groupe européen de transport aérien d'éviter la faillite en pleine pandémie.

Les actionnaires - dont l'État allemand, qui détient 20% depuis le sauvetage - permettront à la compagnie de "retourner à la stabilité financière", a fait valoir le patron Carsten Spohr, selon le texte de son discours transmis en amont de l'assemblée qui a débuté à 10h00.

La "plus grande partie" des recettes de l'émission des nouvelles actions, dont ni le montant final ni la date n'ont été décidés, servira à "rembourser" les aides publiques, ajoute-t-il.

Une telle opération est généralement impopulaire chez les actionnaires, car elle fait mécaniquement baisser la valeur des titres.

Des actionnaires frileux?

La levée interviendra "cette année ou l'année prochaine" en fonction "du soutien des marchés" et le montant sera "aussi petit que possible", avait indiqué le directeur financier Remco Steenbergen la semaine passée.

Une telle opération est généralement impopulaire chez les actionnaires, car elle fait mécaniquement baisser la valeur des titres en circulation. La direction table néanmoins sur l'approbation des actionnaires.

Restructuration

Lufthansa a utilisé jusqu'ici 2,5 milliards d'euros sur le montant de 6,8 milliards du plan de sauvetage allemand, dont 300 millions d'euros représentaient la prise de participation publique. Le groupe en a remboursé un milliard en février.  

25.000
Emplois
Le transporteur a déjà supprimé 25.000 emplois en un an.

Le groupe, qui compte aussi les compagnies Swiss, Austrian Airlines et Brussels Airlines, a lourdement souffert des conséquences de la pandémie, comme l'ensemble du secteur aérien.

En 2020, la perte nette avait atteint 6,7 milliards d'euros, un record. Au premier trimestre cette année, Lufthansa a encore perdu un milliard d'euros. Étant en pleine phase de restructuration, le transporteur envisage de se séparer, d'ici à 2023, de 150 appareils. Il a déjà supprimé près de 25.000 emplois en un an.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés