Ni la crise ni la concurrence n'ont freiné Brussels Airport, qui a enregistré un chiffre d'affaires en hausse en 2012

©EPA

Brussels Airport, la société gestionnaire de l’aéroport national a réalisé un chiffre d’affaires de 418,3 millions d’euros en 2012, en hausse de près de 4,6%. Elle a payé des impôts pour près de 49 millions d’euros, l’an dernier.

Selon ses comptes annuels 2012 dont nous avons eu connaissance, Brussels Airport Company (BAC) a réalisé un chiffre d’affaires de 418,34 millions d’euros, en progression de près de 4,6% par rapport à 2011 (400,02 millions d’euros). Le tassement du trafic passagers et la baisse des opérations de fret ne semblent pas trop impacter les résultats financiers de la société gestionnaire de l’aéroport national. Elle affiche un résultat opérationnel brut (Ebitda) de près de 165,05 millions d’euros en 2012 (154,14 millions en 2011). "En ce qui concerne l’Ebitda, Brussels Airport a réalisé ses meilleures performances jamais atteintes, grâce à un contrôle continu de ses coûts, à ses performances commerciales et à la croissance de son trafic aérien", se réjouit la direction dans son rapport au conseil d’administration dont nous avons eu connaissance. En effet, l’an dernier, l’aéroport national a accueilli près de 19 millions de voyageurs (18.971.332 voyageurs), en hausse de 1% par rapport à 2011. Le fret aérien a, par contre, chuté de 3,3%, passant de 475.000 tonnes en 2011 à 459.265 tonnes en 2012. Le nombre de mouvements d’avions a diminué de 4,4% à 223.431 vols sur le tarmac bruxellois.

Concurrence des régionaux

La direction redoute la concurrence des aéroports de Charleroi et de Liège. Malgré une baisse de son trafic de 14,5% à 576.664 tonnes, celui-ci reste le premier aéroport cargo de Belgique. "Les principales préoccupations portent sur les risques relatifs à la crise économique, au terrorisme, à l’environnement, à la sécurité et à la concurrence des aéroports régionaux", précise-t-elle. La société a réalisé des investissements pour un montant total de 60 millions d’euros, notamment dans la construction d’un nouveau viaduc entre Brucargo et l’autoroute E19 afin de garantir le développement de la zone de fret, la liaison ferroviaire Diabolo vers le nord pour permettre un accès intermodal optimal de la plateforme, etc.

Elle a payé des impôts pour un total de 48,5 millions d’euros (45,8 millions d’euros en 2011) et a versé un dividende intermédiaire de 62,885 millions pour l’exercice 2012 à ses actionnaires dont Brussels Airport Holding/BAH (l’Etat belge en est actionnaire à 25% via la SFPI).

Dans son rapport au conseil d’administration, la holding qui gère les actions de BAC dit avoir perçu des dividendes pour un total d’un peu plus de 104 millions d’euros de la société gestionnaire de l’aéroport de national. Elle-même affiche un bénéfice net de près de 62 millions d’euros, mais n’a payé aucun impôt en Belgique. "Aucun frais relatif à l’impôt sur les revenus n’a été comptabilisé, car la société n’a pas de base imposable", lit-on dans le rapport au conseil d’administration de BAH. Brussels Airport Company et sa maison-mère viennent d’ailleurs de fusionner. "Cette fusion simplifiera l’administration et la structure de Brussels Airport et augmentera sa transparence pour les banques", expliquent les dirigeants.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés