Nouvelles perturbations dans le ciel belge ce lundi

La tour de contrôle de Brussels Airport. ©Photo News

Les contrôleurs aériens de Skeyes poursuivent leur mouvement.

Le syndicat chrétien (ACV/CSC Transcom) a annoncé de nouvelles actions des contrôleurs aériens de Skeyes lundi matin.

Les plus grosses perturbations sont attendues entre 8 et 16 heures, avec des retards à la clé.

  • A Brussels Airport, les vols au départ ne connaissaient pas de problème, alors que pour ceux à destination de Zaventem, "la capacité ne sera pas toujours suffisante", a expliqué une porte-parole.
  • A l'aéroport de Liège, le trafic, essentiellement cargo, se déroulait normalement. Skeyes a confirmé que des membres du personnel étaient en grève. Le climat social est tendu depuis plusieurs semaines dans l'entreprise assurant la gestion du trafic aérien en Belgique, notamment à propos de l'organisation du travail et de la pression accrue que subissent les travailleurs.

 Des actions avaient déjà été menées la semaine dernière, avec des conséquences pour le trafic fret principalement. La direction a tenté de sortir de l'impasse la semaine dernière, en concluant un accord avec le syndicat socialiste (ACOD/CGSP) en comité paritaire. Mais l'ACV/CSC estime que ce n'est pas un bon compromis et continue à manifester son mécontentement. L

Le CEO de Skeyes s'est exprimé pour la première fois sur le mouvement de grogne. Il s’était abstenu de commenter la situation pendant des semaines, "afin de ne pas détruire le processus de négociation". Mais trop is te veel. "La majorité tacite est composée de personnes soucieuses de leur devoir. Ils sont quelques-uns à nous prendre en otage", a affirmé ce dimanche Johan Decuyper, patron de l'entreprise publique autonome belge chargée du contrôle du trafic aérien.

Selon lui, il ne s’agit pas de pression de travail, mais de pouvoir. Le contact avec l’association professionnelle représentant la majorité des contrôleurs aériens se passe plutôt bien, dit-il. "Les consultations avec les syndicats fonctionnent correctement."  Il reproche à la guilde belge des contrôleurs du trafic aérien de faire capoter les négociations.

Un accord en vue?

Cette organisation professionnelle est en conflit avec la direction depuis des années. Depuis la nomination de Decuyper en 2013, l’association a progressivement perdu son pouvoir dans l’entreprise. Les gestionnaires ont pris en charge les tâches. Comme elle ne siège pas elle-même à la table des négociations, elle tente de résister par l’intermédiaire des syndicats.

Decuyper est convaincu que les campagnes se poursuivront malgré un "bon accord" selon la direction. "Nous avons couvert les 25 points de l’avis de grève. L’accord a été approuvé à la majorité et sera élaboré en concertation avec les syndicats". Une procédure disciplinaire a été ouverte contre le président de la guilde. "Nous allons aborder certaines pratiques à partir de maintenant. Nous ne tolérerons plus les absences illégales. La direction gère l’entreprise, pas l’association."

 

Johan Decuyper, CEO de Skeyes ©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect