Perte nette et profonde réorganisation pour Ryanair

©REUTERS

La compagnie irlandaise à bas coûts va répartir ses activités au sein de quatre filiales aériennes. Michael O'Leary, le patron du transporteur, reste à la tête du groupe avec un mandat prolongé jusqu'en 2024. Côté résultat, le 3e trimestre s'est soldé sur une perte nette de 20 millions d'euros pour Ryanair.

D'ici douze mois, la structure de Ryanair va sérieusement changer. Le transporteur irlandais vient de créer quatre filiales aériennes, soit quatre compagnies répondant au nom de Ryanair DAC en Irlande, Ryanair UK au Royaume-Uni, Laudamotion en Autriche et Ryanair Sun en Pologne. Ces filiales auront chacune leur propre directeur général et leur équipe de direction.

Dans son communiqué publié le jour de la présentation de ses résultats trimestriels, Ryanair explique vouloir passer à une structure similaire à celle de son concurrent IAG, qui abrite plusieurs grandes compagnies comme British Airways et Iberia. L'objectif est d'avoir un fonctionnement plus efficace, de réaliser des économies de coûts et de pouvoir envisager des acquisitions de petite taille, telle que celle de Laudamotion, dont la compagnie a pris le contrôle en 2018.

©REUTERS

Et les économies de coûts escomptées feront le plus grand bien au champion du low cost. Sur fond de tensions sociales, Ryanair avait déjà averti le marché à deux reprises ces douze derniers mois que ses résultats allaient s'afficher sous les attentes. Nouvelle preuve avec les comptes du troisième trimestre de son exercice comptable 2018-2019: la compagnie fait état d'une perte nette de 20 millions d'euros entre octobre et décembre derniers. Un an plus tôt, les Irlandais avaient dégagé un bénéfice net dépassant les 100 millions d'euros sur la même période. 

Ryanair paie les frais de la forte concurrence sur son principal marché, le segment du court-courrier en Europe. La compagnie a ainsi été poussée à sérieusement réduire ses prix, ce qui pèse mécaniquement sur ses marges. Cette perte est "décevante" mais "elle est entièrement due à des tarifs aériens plus faibles que prévu de manière à ce que nos clients profitent de prix qui n'ont jamais été si bas", souligne le patron Michael O'Leary.

-6%
Le prix moyen d'un billet Ryanair en repli
Le prix moyen d'un vol a reculé de 6% pour se situer à moins de 30 euros. Le nombre de passagers transportés a lui progressé de 8% à 33 millions sur le trimestre, pour un chiffre d'affaires en hausse de 9% à 1,53 milliard d'euros.

O'Leary encore 5 ans aux commandes 

Michael O'Leary a aussi été maintenu à son poste de directeur général. L'emblématique capitaine irlandais a vu son mandat prolongé jusqu'en 2024. A l'inverse, le président du conseil d'administration de la compagnie, David Bonderman, va passer la main à l'été 2020. Il sera remplacé par Stan McCarthy, administrateur depuis mai 2017 et ancien directeur général du géant irlandais de l'agroalimentaire Kerry.

Ryanair n'a en revanche pas touché à sa prévision de bénéfice pour l'exercice. Il table toujours sur un bénéfice net compris entre 1,0 et 1,1 milliard d'euros par rapport au 1,45 milliard enregistré lors de l'exercice précédent.

A la Bourse de Londres, le titre Ryanair  était mis sous pression (-3,3% à l'ouverture) en raison des mauvais chiffres dévoilés ce lundi. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content