Ryanair devrait encore 78 millions à ses passagers

©EPA

La compagnie low cost Ryanair, dont de nombreux vols ont été annulés cet été suite aux multiples grèves à travers l'Europe, devrait encore 78 millions d'euros d'indemnités à ses passagers...

Si Ryanair a réussi à conclure un accord avec le syndicat des pilotes irlandais ce jeudi, tout n'est pas encore gagné pour la compagnie aérienne low cost. Le reste du personnel de bord en Europe menace de faire grève en septembre et la compagnie devrait encore 78 millions d'euros à ses passagers pour les grèves de juillet et août, calcule AirHelp, le leader dans l'assistance aux passagers en Europe. 

Au total, 270.000 de passagers ont été touchés par les grèves de la compagnie irlandaise cet été. Et avec 12 jours de grève, AirHelp estime le mondant des indemnités que Ryanair doit encore à ses voyageurs à 78 millions d'euros. 

Jakub Kusmierczak, expert en droits des passagers d’AirHelp, commente: "Maintenant que Ryanair a payé sa facture aux pilotes irlandais, acceptant leur appel pour de meilleures conditions de travail, il est temps de satisfaire tous les milliers de passagers. Leurs projets de vacances ont été détruits en raison de la mauvaise gestion chez Ryanair au cours de l’été, qui a d’ailleurs été une des saisons estivales les plus chaotiques dans l’histoire." 

AirHelp rappelle à tous les voyageurs de déposer une demande d'indemnisation. Vu qu'il est impossible d'introduire sa demande d'indemnisation sur le site de Ryanair, voici les solutions qui s'offrent à vous:

Vol annulé? Voici comment se faire indemniser

Concernant l'indemnisation, la législation européenne est formelle: "Si l’annulation intervient moins de 14 jours avant le départ, tous les passagers ont droit à une indemnité, 250 à 600 euros selon la distance du vol", souligne Johanna Jankowski, employée de Clame it, une société qui récupère les indemnités des voyageurs lésés

Pour demander une indemnisation, nous vous conseillons de passer par Test-AchatsAirHelp ou encore Claim it

"Ryanair et d’autres compagnies aériennes aussi irresponsables, qui ne parviennent pas à garantir des conditions de travail adéquates à leur personnel et risquent des perturbations de vol, doivent remplir leur obligation légale d’indemniser les passagers pour les problèmes qu’elles ont causés", conclut Jakub Kusmierczak.

"Ryanair et d’autres compagnies aériennes aussi irresponsables, qui ne parviennent pas à garantir des conditions de travail adéquates à leur personnel et risquent des perturbations de vol, doivent remplir leur obligation légale d’indemniser les passagers pour les problèmes qu’elles ont causés."
Jakub Kusmierczak
expert en droit des passagers d'AirHelp

De son côté, Test-Achats, qui dispose de 1.350 dossiers de voyageurs, a introduit ce vendredi les 50 premiers dossiers devant la justice de paix à Zaventem et Charleroi. L'association se montre confiante sur leur issue, qui, elle l'espère, pourra faire revenir la compagnie irlandaise sur ses positions. Si cela ne devait pas être le cas, Test-Achats s'engage à introduire chaque dossier afin que tous les passagers soient indemnisés. 

©EPA

"En vertu de la législation EU261, aucune compensation n’est à payer aux clients lorsque le retard / l’annulation échappe au contrôle de la compagnie aérienne. Si ces grèves étaient sous le contrôle de Ryanair, il n'y aurait pas eu de grève", rétorque Ryanair, qui ajoute: "AirHelp devrait expliquer pourquoi Air France n'a pas été obligée de payer une indemnité EU261 lors de ses 15 jours grèves de février à juin 2018 et pourquoi elle n'a pris aucune mesure contre Air France." 

Une réponse qui ne surprend pas AirHelp: "Il n’est malheureusement pas surprenant que Ryanair essaye de réorienter le débat vers Air France, pendant que la vraie question est de savoir pourquoi la compagnie irlandaise dit qu’elle ne payera pas d’indemnisations légales à ses passagers. Quant à Air France, la compagnie doit payer les indemnisations dues aux passagers dont les vols ont été perturbés suite aux grèves chez Air France, comme c’est le cas pour toute autre compagnie aérienne dans le cas des grèves du personnel. La loi est la loi et elle doit être respectée par tout le monde de la même façon", martèle le leader de l'assistance aux passagers. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content