Skeyes, qui a déjà reçu 132 millions d'euros, demande une aide supplémentaire

Le trafic aérien ne représente pour l'instant que 30% du niveau habituel, ce qui impacte lourdement la trésorerie de Skeyes. ©BELGA

L’ex-Belgocontrol, qui a déjà pu compter sur 132 millions d’aides du fédéral et d’Eurocontrol, réclame une aide supplémentaire. On évoque 100 millions d’euros.

Skeyes, l’entreprise publique autonome en charge du contrôle du trafic aérien en Belgique, a fait une nouvelle demande d’aide au fédéral, qui pourrait atteindre les 100 millions d’euros, entend-on à bonnes sources. Un montant qui ni Skeyes, ni le cabinet du ministre fédéral de la mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo), ne veulent confirmer à ce stade. "Rien n’est encore décidé, les discussions sont toujours en cours", expliquent les deux parties.

Sans surprise, l’ex-Belgocontrol souffre fortement de la crise du coronavirus. Le trafic aérien a été, et reste toujours, fortement ralenti, ce qui a eu un impact considérable sur les revenus de l’entreprise. "86% de nos revenus viennent de compagnies aériennes qui nous rémunèrent pour les services que nous leur fournissons. Or, ces revenus ont fondu, tandis que les coûts fixes de Skeyes ont subsisté, car la société doit rester opérationnelle pour garantir la sécurité du trafic aérien pour le trafic restant", explique Skeyes. Pratiquement tous les contrôleurs aériens sont des fonctionnaires statutaires, qui ne peuvent être placés en chômage temporaire. Et une part importante du personnel reste nécessaire pour assurer le service, même si les avions sont rares.

Déjà 132 millions

Pour garder la tête hors de l’eau, Skeyes a pu compter sur une série d’aides en 2020. En juillet, le fédéral a débloqué une aide de 60 millions d’euros : 15 millions sous forme d’avances dans le paiement des redevances à charge du fédéral, 20 millions à rembourser lorsque la situation financière le permettra, et une dotation de 25 millions pour compenser partiellement la diminution des recettes. En 2020 toujours, l’entreprise a aussi reçu un prêt de 40 millions d’Eurocontrol.

Le trafic aérien est toujours bien inférieur à son niveau habituel. Une nouvelle aide en cash est donc nécessaire et a été demandée au fédéral.
Audrey Dorigo
Porte-parole de Skeyes.

Mais cela n’a pas suffi. "Le trafic aérien est toujours bien inférieur à son niveau habituel, souligne Audrey Dorigo, porte-parole de Skeyes. On tourne pour l’instant autour des 30%. La trésorerie de Skeyes est donc toujours lourdement impactée. Une nouvelle aide en cash est donc nécessaire et a été demandée au fédéral."

Le 19 décembre, une nouvelle décision est intervenue, qui était passée un peu sous le radar. Le conseil des ministres a donné son feu vert au paiement de la rémunération des services à prester en 2021 pour les aéroports régionaux et l’aéroport national. Soit un montant de 32,6 millions d’euros, à charge de l’État fédéral.

Mais c'est encore trop peu. Skeyes réclame donc une aide supplémentaire, qui pourrait se monter à 100 millions d'euros. Les discussions sont toujours en cours, et pourraient être couplées à celles sur l'organisation de Skeyes et son contrat de gestion. L'accord de gouvernement prévoit en effet de mener à son terme la transformation de l’entreprise en société anonyme de droit public, dont l’État restera actionnaire majoritaire via la SFPI, son bras financier. Une concertation est également prévue avec les Régions, qui devrait aboutir à un nouveau contrat de gestion pour Skeyes et à une révision de la contribution financière des Régions.

On se souvient qu'un conflit avait éclaté entre Skeyes et le ministre wallon des aéroports, Jean-Luc Crucke (MR), suite à la grève sauvage du personnel de Skeyes au printemps 2019. Un mouvement qui avait affecté davantage les aéroports wallons que celui de Bruxelles, estiment les autorités wallonnes, qui avaient obtenu des astreintes pour forcer l'entreprise à assurer le contrôle aérien, et s'étaient jointe à une action en justice entreprise pour obliger Skeyes à garantir la continuité du contrôle aérien.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés