Publicité

Sonaca décroche un contrat de 300 millions chez Embraer

©wim kempenaers (wkb)

Sonaca vient de signer un contrat de 300 millions de dollars sur 10 ans avec le Brésilien Embraer. Il a en charge la conception et la fabrication des bords d’attaque mobiles des nouveaux avions E2/175.

L’année 2015 démarre bien pour l’équipementier aéronautique Sonaca, basé à Gosselies (Charleroi)). Selon nos informations, le groupe vient de signer un gros contrat avec l’avionneur brésilien Embraer. Après plus de cinq mois de négociation, celui-ci lui a confié la conception et la fabrication des bords d’attaque mobiles avant des ailes (Slats) de la nouvelle génération d’avions E2/175. "C’est un contrat significatif pour nous dans la mesure où il représente pour Sonaca 10% de son chiffre d’affaires. Beaucoup d’éléments ont joué en notre faveur, notamment notre capacité à proposer une offre de qualité compétitive et le fait que notre entreprise est considérée comme un partenaire fiable par Embraer", nous a confié Bernard Delvaux, CEO de Sonaca. L’entreprise est le maître d’œuvre de l’ensemble composé des bords d’attaque mobiles des ailes et des mécanismes (flaps) qui actionnent les dispositifs. "Pour le nouvel avion, Embraer a changé de moteur et d’ailes, ce qui améliore la performance de l’appareil de 15% (consommation de kérosène, distance parcourue, etc.)", précise Marcel Devresse, directeur commercial "Amérique du sud" de Sonaca.

360 millions €
Sonaca a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 360 millions et un bénéfice net de près de 23 millions en 2014.

Meilleur fournisseur en 2014

Il faut dire que l’entreprise a consenti d’énormes efforts pour réduire ses coûts grâce au savoir-faire de ses équipes et qu’elle a aussi réussi à augmenter la productivité du personnel, notamment à Gosselies. Par ailleurs, cela fait déjà quelques années que l’entreprise wallonne fournit des éléments d’avions à Embraer. Le constructeur brésilien lui a d’ailleurs décerné la médaille du meilleur fournisseur pour l’année 2014, ce qui est une preuve de reconnaissance de sa fiabilité. "Quand on développe un nouvel avion, il est important de ne pas avoir de mauvaises surprises, ni de retard", précise M. Delvaux.

©mediafin

Le nouveau contrat représente un chiffre d’affaires potentiel de 300 millions de dollars sur 10 ans, voire plus. D’après Bernard Delvaux, il représente d’abord trois ans de travail pour le bureau d’étude et de service d’industrialisation (soit environ 450 travailleurs, principalement des ingénieurs), puis suivra la phase de production des différents éléments et leur assemblage. Les premières livraisons devraient intervenir durant le deuxième semestre 2016 et le premier vol du nouvel avion d’Embraer est prévu en 2017. "Ce nouveau contrat va stabiliser l’emploi à Gosselies sur une longue durée, alors qu’on vit une période de baisse d’activité", dit-il. Outre Gosselies, les filiales brésiliennes, où Sonaca occupe près de 400 travailleurs, bénéficieront également des retombées du nouveau contrat (Sobraer, Pesola, Sopeçaero). Sonaca a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 360 millions d’euros et un profit net de 23 millions en 2014. Il emploie 2.500 travailleurs, dont 1.800 à Gosselies.

700 avions E2/175

Le nouveau contrat revêt une importance toute particulière pour Sonaca d’autant que l’entreprise devient le seul partenaire européen du constructeur brésilien pour l’E2/175. Le nouvel appareil remplacera la famille d’avions E1/170-175, en production depuis plus de 10 ans et qui comprend également des équipements de Sonaca. Le premier vol de cette famille d’avions a eu lieu en 2004, Embraer en a vendu environ 1.200 appareils avec pour Sonaca un retour en termes de chiffre d’affaires de quelque 500 millions de dollars jusqu’à présent.

Le nouveau contrat vient en supplément d’un autre gros contrat signé en juin 2013 par l’équipementier aéronautique et qui porte sur la fourniture des bords d’attaque mobiles (avant, arrière) des ailes des avions E2/190. Il représente un montant d’un milliard de dollars sur 12 ans. Embraer, déjà leader du secteur des avions régionaux avec environ 44% de part de marché, compte écouler près de 1.900 appareils de la nouvelle génération (E2/190/195/175, entre 60 et 90 sièges) dont près de 700 pour l’E2/175. À l’instar du gros contrat d’il y a deux ans, Sonaca travaillera avec son sous-traitant habituel, Asco (Zaventem), qui s’occupera des "flaps" et qui a environ 40% du contrat.

[Suivez Philippe Lawson sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés