Swissport se prépare au chômage temporaire lié au coronavirus

Swissport n'a pas encore annoncé de mesures de chômage temporaire suite à l'impact du coronavirus sur l'activité de Brussels Airport, mais il s'y prépare. ©Dominic Verhulst/dotch.be

Swissport a demandé aux syndicats la possibilité de préparer l'implémentation du chômage temporaire au sein de son personnel bruxellois. Face au coronavirus, de nombreux clients réduisent en effet le nombre de leurs vols.

"Rien n'est fait, mais on s'y prépare." Tel est le message de Swissport. Un conseil d'entreprise extraordinaire devait décider ce mardi matin de l'introduction du chômage temporaire parmi les 1.300 salariés. Le manutentionnaire de Brussels Airport est confronté, en effet, à des annulations de vols dues au coronavirus.

"Le chômage temporaire n'est pas une mesure sociale, car c'est le travailleur qui paie."
Hans Elsen
LBC

"Nous avons demandé aux partenaires sociaux si nous pouvions préparer les documents nécessaires pour être prêts dans le cas où les annulations se multipliaient", explique Yves Panneels, porte-parole de Swissport. Pour l'heure, rien n'est déclenché, car si Brussels Airlines a annulé une série de vols vers le nord de l'Italie, la compagnie dessert encore ses autres destinations et n'est pas le seul client de Swissport.  

Pas de chèque en blanc

Les syndicats veulent des précisions: combien de personnes seront touchées par cette interruption de travail? Pour combien de jours? "Le problème avec ce système, c'est que la direction reçoit un chèque en blanc", lance Hans Elsen de la LBC. Sans réponses claires mercredi matin, les syndicats affirment qu'ils ne donneront pas leur aval. Ils reconnaissent toutefois que la direction n'a pas besoin de leur accord pour introduire une demande à l'Onem.

Contacté, le concurrent Aviapartners n'a pas indiqué s'il préparait des mesures similaires.

Du côté de Brussels Airport, la question du chômage économique est aussi à l'ordre du jour, indique la CNE. Le syndicat chrétien demande que toutes les mesures possibles soient envisagées avant une telle activation, et que les employeurs prévoient des indemnités complémentaires au minimum légal.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés