Un fonds activiste demande à EADS de sortir de Dassault Aviation

AFP ©AFP

Le fonds activiste TCI (The Children's Investment Fund) a demandé au groupe européen EADS de céder sa part dans l'avionneur français Dassault, qui représente "un intérêt stratégique limité" selon lui.

Le fonds activiste TCI a écrit à Tom Enders, le président exécutif d'EADS, pour lui demander de céder dès que possible sa participation dans Dassault Aviation, soit par une vente de gré à gré, soit sur le marché.

♦ Le groupe d'aérospatiale et de défense, qui a annoncé la semaine dernière son intention de se rebaptiser Airbus, détient 46% du constructeur de l'avion de combat Rafale et des jets Falcon.

"Nous estimons que la participation dans Dassault Aviation ne constitue pas une bonne utilisation du capital d'EADS. Elle ne fournit pas de synergies et a une valeur stratégique limitée pour le groupe", écrit TCI, qui dit détenir plus de 1% du capital d'EADS, dans une lettre à Tom Enders consultée par Reuters.

TCI souligne les surcapacités du marché des avions d'affaires, qui assure les trois quarts du chiffre d'affaires de Dassault Aviation, et les pressions sur les budgets de la défense.

"Les perspectives pour Dassault Aviation sont loin d'être aussi favorables que pour Airbus", estime le fonds, actionnaire d'EADS depuis 2012.

EADS n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Dassault Aviation, qui a pour actionnaire majoritaire le Groupe industriel Marcel Dassault avec 50,55% du capital, a un flottant limité à 3% de son capital.

TCI estime qu'un désengagement de Dassault Aviation pourrait nourrir le programme de rachat d'actions en cours d'EADS ou servir au versement d'un dividende exceptionnel.

L'Etat français a acquis une action de Dassault Aviation afin de pouvoir peser plus directement sur les décisions stratégiques de l'avionneur en vertu d'un pacte d'actionnaires conclu en juin avec EADS. La France détient 12% d'EADS.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés