Un vol pour New York à moins de 200 euros

©REUTERS

La compagnie aérienne Norwegian Air Shuttle proposera dorénavant des liaisons Paris-New York, pour une somme pouvant descendre jusqu'à 179 euros. Un tarif record pour un vol transatlantique. Rien ne laisse cependant présager une baisse des prix au départ de la Belgique.

L'Amérique semble n'avoir jamais été aussi proche. En effet, la compagnie aérienne Norwegian Air Shuttle lançait ce week-end son premier vol low cost à destination de New York, au départ de l'aéroport de Paris Charles-de-Gaulle. Le tout pour un prix de 179 euros, du jamais vu pour un vol transatlantique.

Mais Norwegian Air, troisième compagnie low cost européenne derrière Ryanair et EasyJet, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin: alors qu'une liaison vers Los Angeles ouvrait également ce samedi, une troisième ligne transatlantique à destination de Miami verra le jour le quatre août prochain. Pour développer son offre, Norwegian compte investir dans sa flotte de Boeing 787, des avions taillés pour ce genre de vols. La compagnie devrait faire l'acquisition de 31 nouveaux appareils d'ici 2020.

Bien évidemment, les conditions de ce tarif alléchant rejoignent celles qui sont habituellement d'usage pour les vols à bas prix, à base d'options payantes. Ainsi, le prix du billet ne comprend que la prise en charge d'un bagage de cabine de dix kilos maximum. Pour le reste, et notamment pour les repas, il faudra passer à la caisse.

Si Norwegian propose des prix jamais vus pour une telle traversée, elle n'est pas la première compagnie européenne à réaliser des vols transatlantiques à prix réduits, au départ de la France. XL Airways France proposait déjà des vols "low cost" vers New York à moins de 400 euros, et Air France affiche des prix à peu près similaires vers Montréal.

 D'autres compagnies ont annoncé qu'elles comptaient franchir le même cap d'ici peu. C'est notamment le cas de la compagnie islandaise Wow, qui lancera en novembre un vol à tarif réduit de Paris vers Newark, deuxième aéroport de la région de new-yorkaise. 

Cet appel d'air vers le marché des vols transatlantiques à bas prix peut notamment s'expliquer par le coût peu élevé du carburant, mais aussi par une amélioration des performances énergétiques des avions

Au départ de la Belgique?

Si Paris n'est finalement qu'à un jet de pierre de la Belgique, peut-on néanmoins s'attendre à voir ce type d'offre se développer au départ de Bruxelles ou de Charleroi? Norwegian Air n'est actuellement pas présent sur notre territoire et ne nourrit pas de projets concrets de s'y installer. Quant aux principales compagnies low cost qui desservent nos aéroports, elles restent plutôt discrètes à ce sujet. 

 En mars 2015, le patron de Ryanair, Michael O'Leary, annonçait pourtant en grande pompe qu'il serait possible dans les quatre ou cinq ans de rejoindre New York à partir d'une douzaine de grandes villes européennes, le tout pour la somme dérisoire de 14 euros. Mais quelques jours plus tard, la compagnie irlandaise revenait sur ces propos, admettant avoir fait une erreur de communication.

Aujourd'hui, la première compagnie low cost européenne semble avoir bel et bien recadré ses ambitions, estimant trouver suffisamment d'opportunités de ce côté-ci de l'Atlantique. "Nous nous concentrons donc actuellement que sur la croissance du trafic en Europe", explique Yann Delomez, Manager marketing de Ryanair pour le Benelux.

En attendant des deals aussi compétitifs que ceux proposés par Norwegian au départ de Paris, les Belges souhaitant traverser l'océan sans passer par la France, parce qu'ils ne sont pas dans ce coin-ci de l'Europe, peuvent toujours se rabattre sur Icelandair, qui rejoint New York via Reykjavik pour  des tarifs pouvant baisser jusqu'à 410 euros. La compagnie irlandaise Aer Lingus propose des prix similaires, via Dublin cette fois.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés