Une boîte noire de l'avion d'Egyptair a été retrouvée

©REUTERS

Va-t-on enfin savoir ce qui a causé le crash de l'avion d'Egyptair en Méditerranée? Les enquêteurs ont en tout cas retrouvé l'enregistreur des conversations qui ont eu lieu dans le cockpit de l'avion. Il est endommagé, mais exploitable.

Des débris de la carlingue de l'avion d'EgyptAir, qui s'est abîmé en Méditerranée le 19 mai en causant la mort des 66 personnes à bord, ont été localisés sur "plusieurs sites", a annoncé mercredi la commission d'enquête égyptienne. Parmi ces débris, l'enregistreur des conversations dans le cockpit de l'appareil. D'après les enquêteurs, il est endommagé mais les équipes de recherche ont pu sauver l'unité de stockage en mémoire des conversations des pilotes. Il permettra donc d'en savoir plus sur les circonstances du crash.

Toujours à la recherche de la 2e boîte noire

La seconde boîte noire de l'appareil -contenant les données techniques du vol- n'a toujours pas encore été retrouvée. Le temps est compté pour la retrouver, car elle cessera d'émettre le 24 juin.

©REUTERS

Le bateau "John Lethbridge" qui participe aux opérations de recherche est équipé d'un robot sous-marin capable de localiser et récupérer à grande profondeur (jusqu'à 6.000 mètres) les boîtes noires. Il permet de "faire des observations visuelles, équipé d'un hydrophone directionnel pour capter le signal des boîtes" noires, explique le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), Rémi Jouty.

Les opérations sont rendues plus difficiles en raison de la profondeur des fonds qui atteint 3.000 m dans la zone des recherches.

Où en est l'enquête?

Les enquêteurs égyptiens ont d'autre part confirmé lundi -ce qu'avaient déjà dit les autorités grecques- que l'appareil avait effectué un virage de 90 degrés à gauche puis de 360 degrés à droite avant sa chute.

©REUTERS

L'hypothèse de l'attentat, initialement mise en avant par l'Egypte, a cédé du terrain au profit de celle de l'incident technique: des alertes automatiques avaient en effet été émises par l'appareil deux minutes avant sa chute, signalant de la fumée dans le cockpit et une défaillance de l'ordinateur gérant les commandes.

Quarante Egyptiens, dont l'équipage, et 15 Français se trouvaient à bord du vol MS804 d'EgyptAir. Parmi les victimes figurent aussi deux Irakiens, deux Canadiens ainsi que des ressortissants d'Algérie, de Belgique, de Grande-Bretagne, du Tchad, du Portugal, d'Arabie saoudite et du Soudan.

Plusieurs enquêteurs français du BEA, ainsi que des experts d'Airbus, participent aux recherches aux côtés des Egyptiens.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés