350.000 euros d'amende pour ING Belgique

©Thierry du Bois

La banque belge a reçu une amende de la BNB pour ne pas avoir respecté les règles en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. L'amende date d'avril dernier, indique-t-on chez ING Belgique. Elle vient d'apparaître sur le site du régulateur.

On connaît maintenant le montant de la sanction imposée par la Banque Nationale belge à ING Belgique: 350.000 euros. Le régulateur national accuse la banque de ne pas avoir respecté la législation en vigueur pour lutter contre le blanchiment d'argent.

La sanction est tombée le 24 avril dernier, confirme Julie Kerremans, porte-parole d'ING Belgique. Elle vient toutefois d'apparaître sur le site du régulateur, indique De Standaard.

Les faits

Les faits remontent à une période entre le 9 novembre 2000 et le 26 juin 2013. Ils concerneraient un client russe qui n'a pas été convenablement identifié. La banque ne pouvait donc pas avoir une vision précise des activités de ce client. Elle ne disposait pas d'informations suffisantes pour comprendre pourquoi un client de nationalité russe, ne résidant pas en Belgique, avait ouvert un compte dans une banque belge.

Entre 2000 et 2004, plusieurs transactions avaient été opérées, dont un virement de 300.000 dollars vers Dubaï.

L'homme aurait été impliqué dans des opérations de crime organisé, de blanchiment d'argent, de commerce d'armes et de drogue. Ce n'est que lorsque la banque a effectué un screening que le nom est apparu. Elle a donc communiqué les informations à la cellule contre le blanchiment d'argent le 26 juin 2013.  

Mais, entre 2000 et 2004, plusieurs transactions avaient été opérées, dont un virement de 300.000 dollars vers Dubaï. Il est également question d'une demi-douzaine de transactions de 100.000 dollars.

ING évite une plus grosse amende

500.000
euros
La BNB aurait voulu sanctionner ING Belgique à hauteur de 500.000 euros. ING Belgique s'y était opposée.

La BNB aurait voulu sanctionner ING Belgique à hauteur de 500.000 euros. ING Belgique s'y était opposée et avait opté pour un accord à l'amiable qui doit être déterminé par une commission de sanction. C'est celle-ci qui a fixé la sanction à 350.000 euros, partant du fait que les délais étaient raisonnablement prescrits.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés