BNPP Fortis veut plus d'agences franchisées

©BELGIAN_FREELANCE

La banque veut baisser le nombre d'agences statutaires qui repésentent 70% de son réseau. Objectif: réduire les coûts.

Elles ont beau se ressembler toutes, une agence bancaire n’est pas l’autre. Il y a deux grandes familles en la matière: les statutaires et les indépendantes. Elles portent la même enseigne, vendent les mêmes produits mais, les premières figurent sur le pay-roll de la banque, les autres pas. C’est tout sauf un détail, à l’heure où les banques travaillent à réduire leurs coûts fixes.

Premier réseau bancaire du pays, BNP Paribas Fortis compte 800 agences: 70% sont statutaires, 30% indépendantes. Cette clef de répartition fut en son temps gravée dans le marbre et inscrite dans une convention collective.

Le verrou des 30% va sauter

Aujourd’hui, la banque veut faire sauter le verrou des 30%, a-t-on appris à bonnes sources. Le but est d’augmenter la proportion d’agences indépendantes, c’est-à-dire de réduire la masse salariale.

Jusqu’ici, il était convenu que le réseau soit indépendant à 30%. La banque veut faire sauter ce verrou.

Augmenter les agences indépendantes, mais dans quelle mesure? La direction de BNPP Fortis ne souhaite pas répondre à cette question, si ce n’est qu’elle va "bientôt en discuter avec les syndicats". Pour le reste, no comment.

De fait, le sujet est sur la table. Il a déjà été explicitement abordé lors de réunions avec les syndicats, et la direction avait programmé une commission technique extraordinaire à ce propos le 23 mars dernier. La réunion fut annulée à la suite des attentats de Bruxelles. Il devrait être rapidement remis à l’agenda, une fois passées les vacances de Pâques.

Cost cutting

BNP Paribas Fortis se caractérise par une structure de coûts proportionnellement plus élevée que la concurrence. Au dernier décompte publié, le rapport entre coûts et revenus y est de 69%, contre 60% chez Belfius et 50% chez KBC Belgique par exemple.

C’est aussi ce qui explique la nouvelle baisse des effectifs annoncée en fin d’année dernière par Fortis, qui va supprimer 1.050 postes d’ici fin 2018.

Fin 2015, BNP Paribas Fortis employait 14.725 équivalents temps plein, dont près de 6.600 pour la division Retail banking. C’est l’une des branches de la banque où l’emploi devrait baisser le plus dans les 3 ans à venir, avec 600 postes en moins.

Moins d’agences

En dix ans, BNP Paribas Fortis a réduit de 30% son réseau d’agences, supprimant plus de 300 points de vente entre 2005 et aujourd’hui. La digitalisation est passée par là, ajoutant ses effets à la logique de cost-cutting qui domine le secteur bancaire.

L’enseigne ne compte pas réduire davantage son réseau, mais souhaite en réduire le coût. D’autres envisagent en revanche de réduire le nombre d’agences. ING Belgique va en supprimer 50 cette année (sur un total de 730).

Des fermetures sont également possibles chez Belfius et KBC, mais ces dernières n’ont pas de chiffres à communiquer. Tout dépendra de la demande du client, nous expliquaient-elles récemment.

Chez KBC, les 700 agences sont toutes statutaires. Chez Belfius (730 agences), 80% du réseau est indépendant. En dix ans, elles ont, elles aussi, nettement réduit la taille de leur réseau: -32% pour Belfius, -16% pour KBC.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés