Fortis: le double langage de Lippens

Maurice Lippens ©BELGA

Dans le courant du mois de juin 2008, Maurice Lippens, alors président du conseil d'administration de Fortis, a utilisé un double langage quand il était question du bancassureur. En interne, il ne cachait pas son inquiétude par rapport à l'avenir de Fortis; en externe, il incitait les gens à acheter des actions.

A la fin du mois de juin 2008, Fortis a lancé une augmentation de capital surprise de 1,5 milliard d'euros ainsi qu'une série d'autres mesures permettant de renforcer le capital de la société. Parmi ces mesures, Fortis annonça la suppression d'un dividende intérimaire. L'annonce est mal passée : Maurice Lippens avait promis que Fortis ne toucherait jamais au dividende...

Interrogé à la fin de l'été dans le cadre de la préparation de notre dossier, Maurice Lippens, a accepté de répondre à quelques questions.

Maurice Lippens confirme son inquiétude de l'époque. "C'est parce que je n'étais que partiellement informé, ce qui est normal puisque j'étais non exécutif. Mais je pense que j'ai reçu le jour suivant des apaisements de la part des membres du management". 

"Si je n'avais pas été rassuré, je ne serais jamais allé à Terzake. Et je n'aurais jamais dit aux gens qu'ils pouvaient acheter sans crainte. Je n'allais pas mentir et tromper les gens. Je ne l'ai jamais fait", a-t-il encore déclaré. 

Enfin, joignant le geste à la parole, Maurice Lippens rappelle qu'à la fin du mois du mois d'août 2008, il a encore acheté 80.000 actions à 8,9 euros pièce. "C'est bien la preuve que je restais confiant et que je pensais que le pire était passé", a-t-il ajouté. 

Le 26 juin 2008, vers 1h00 du matin, Maurice Lippens a envoyé un mail à Jean-Paul Votron, alors CEO de Fortis. "Toi et tes équipes (et peut-être moi également...) allons devoir faire face, dans les prochaines heures, à des questions ENORMES et EXISTENTIELLES pour l'avenir de Fortis", dit-il.  Avant de continuer, plus loin, sur le même ton. "(...) l'attention devrait uniquement être le SAUVETAGE - et je pense réellement SAUVETAGE - de Fortis".

Sur la VRT

Quelques heures après l'envoi de ce mail, Fortis annonçait une augmentation de capital de 1,5 milliard d'euros et la suppression du dividende intérimaire. 

Le lendemain, le 27 juin, il n'était plus vraiment question de panique et de sauvetage. Au cours d'un entretien avec un journaliste du programme Terzake, sur la VRT, Maurice Lippens tentait plutôt de rassurer le marché et les actionnaires.

A propos de la reprise d'ABN Amro, Maurice Lippens était toujours optimiste. Et en guise de conclusion, le président du conseil d'administration de Fortis fut très clair: "je dirais: Mesdames et messieurs, investissez aussi vite que vous le pouvez".

Lisez la suite dans le supplément à paraître ce samedi avec L'Echo

La rédaction a retrouvé les emails échangés à l'époque entre les dirigeants du bancassureur. Des révélations et de nouveaux éclairages sur la débâcle de Fortis.

 

 

Découvrez notre webdocumentaire: Racontez-moi la chute de Fortis. 

En images et en vidéos, suivez la débâble de Fortis depuis les coulisses.

 

La réaction de Maurice Lippens "Je ne peux pas être au courant de tout" (21/09/2013)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés