Jeroen Piqueur doit payer 20 millions aux curateurs d'Optima

©BELGA

La tuile pour Jeroen Piqueur, patron et fondateur de la banque Optima. Le tribunal gantois de première instance a déclaré que l'homme d'affaires devait bel et bien verser la garantie des 20 millions d'euros aux curateurs.

Le verdict était attendu. Jeroen Piqueur, patron et fondateur de la banque Optima, allait-il devoir s'acquitter du versement de 20 millions d'euros aux curateurs? Le tribunal de première instance de Gand a pris sa décision: c'est oui!

D'où viennent ces 20 millions?

En 2014, la Banque nationale de Belgique, en tant que régulateur bancaire, avait exigé une augmentation de capital d'Optima banque. Elle avait ajouté à ses exigences des garanties du fondateur sur son propre patrimoine. Ce sont ces garanties, dues à Optima Banque et donc aujourd'hui aux curateurs, qui sont visées.

Pour Jeroen Piqueur, la faillite de la banque est due au retrait par la BNB de sa licence bancaire. Il ajoute que ses engagements par rapport à cette garantie n'ont donc plus lieu d'être. Il prétend aussi que  cet engagement a été remplacé par un contrat de gage limité dans le temps. Ce à quoi le tribunal lui a demandé pourquoi il versait annuellement 300.000 euros pour un engagement personnel. 

L'homme d'affaires déchu affirme aussi ne pas pouvoir rembourser cette somme. Il est en effet à la tête d'une dette totale de 7 millions d'euros.

Pour sa part, Benedicte Schumacher, l'épouse de Jeroen Piqueur, avait précédemment demandé au tribunal de la famille l'annulation de l'engagement de garantie, car les 20 millions d'euros lui appartenaient à elle-aussi. Le tribunal a rejeté cette demande, car il s'agissait d'une obligation unilatérale qui ne pesait pas sur l'intérêt de la famille.

Le juge n'a donc pas suivi leurs arguments, mais plutôt ceux du curateur, Matthias Gesquière. Celui-ci a indiqué qu’il est "littéralement dit qu'il (Jeroen Piqueur) doit payer 20 millions d'euros", et ce indépendamment de la procédure de faillite.

La défense va probablement faire appel.

L'ancien homme fort d'Optima s'est en effet déclaré déçu à l'énoncé du verdict, a fait savoir son avocat. Ce dernier indique que le tribunal se base uniquement sur un texte sans tenir compte des éléments contextuels.

Il s'est aussi dit étonné que la procédure n'ait pas été suspendue dans l'attente de la conclusion de l'enquête pénale."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect