KBC a renouvelé son intérêt pour une banque hongroise

Johan Thijs, le CEO de KBC. ©BELGA

A l'issue du quatrième trimestre, les revenus totaux et le résultat net de KBC sont en repli. Ce dernier est toutefois supérieur aux attentes des analystes. KBC se verrait bien racheter la Budapest Bank (lire l'encadré).

A l’issue de son quatrième trimestre, KBC a dégagé des revenus totaux de 1,85 milliard d’euros, en repli de 2,1% par rapport à l’année précédente, mais en ligne avec les attentes des analystes. La part revenant aux intérêts passe de 1,14 milliard à 1,17 milliard d’euros (+3%). Les revenus techniques issus des activités d’assurance non-vie ont contribué à hauteur de 187 millions d'euros au total des revenus, un niveau inférieur de 2% à celui du trimestre précédent. Ceux issus des commissions ont baissé de 11% à 407 millions d’euros.

KBC intéressée par la Budapest Bank

La banque hongroise Budapest Bank qui est officiellement à vendre depuis la semaine dernière intéresse KBC. Le groupe de bancassurance qui avait déjà marqué son intérêt pour l’établissement l’a reconfirmé auprès du gouvernement hongrois a indiqué le CEO de KBC lors d’une conférence de presse consacrée aux résultats.

Le groupe dispose d’une réserve de 1,9 milliard d'euros pour les fusions et acquisitions. Les autorités hongroises veulent tirer au moins 620 millions d’euros de cette vente, un montant qui correspond au prix d’achat versé à GE Capital en 2015.

 

Sur l’année, les revenus globaux du groupe grimpent de 10% à 4,54 milliards d’euros.

"Excellent résultat"

Au final, le résultat net du dernier trimestre se contracte de 11% à 621 millions d’euros. Il est toutefois supérieur au consensus qui tablait sur un chiffre de 595 millions d’euros. 

"Cet excellent résultat s'explique notamment par une hausse des revenus nets d'intérêts, un ratio combiné exceptionnel en assurance non-vie et une gestion stricte des coûts", s’est félicité Johan Thijs, le CEO du groupe de bancassurance dans un communiqué.

Pour l'ensemble de 2018, ce résultat reste stable à 2,57 milliards d’euros.

Au niveau commercial, notons que les volumes de crédits ont progressé de 1% en glissement trimestriel et de 5% en rythme annuel. Les volumes de dépôts, de leur côté, sont restés stables en glissement trimestriel et ont progressé de 5% en rythme annuel, toutes les divisions signant une hausse sur l'année.

Dividende en dessous des attentes

KBC compte distribuer un dividende total brut de 3,5 euros par action (+17%), ce qui correspond à un taux de mise en paiement de 59%. Une petite déception par rapport aux estimations des analystes qui attendaient un coupon de 3,67 euros. Degroof Petercam tablait même sur 3,8 euros. Le dividende final (après paiement d’un dividende de 1 euro en novembre dernier) de 2,5 euros sera versé le 9 mai.

"Notre solvabilité se maintient à un niveau robuste, a souligné Johan Thijs. Le ratio common equity s'est établi à 16% à la fin de l'exercice complet 2018, après distribution du dividende." 

Au niveau des perspectives, KBC estime que les conditions économiques en Europe sont globalement bien orientées, bien que le pic de croissance soit déjà passé. Le groupe s’attend à des rendements robustes pour l’ensemble de ses divisions. Il compte aussi sur un impact négatif de 6 points de base sur son ratio CET1 (solvabilité) en raison de la première application de la norme IFRS 16 à compter du 1er janvier 2019.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect