La BNB demande aux banques et assurances de s'absternir de verser des dividendes

Les autorités de supervision avaient appelé les institutions financières du continent à conserver du capital en raison des effets délétères du confinement sur l'activité économique. ©Photo News

La BNB, qui avait déjà demandé aux institutions financières de ne pas verser de dividende avant octobre, prolonge cette requête jusqu'à la fin de l'année en raison de la pandémie qui recommence à gagner du terrain.

Ce n'est pas une surprise: dans un communiqué de presse diffusé ce jeudi après-midi, la Banque nationale de Belgique exhorte les établissements de crédit et les (ré)assureurs sur lesquels elle exerce sa tutelle à suspendre leurs distributions de dividendes jusqu'au 1er janvier prochain. Elle embraie ainsi sur les recommandations formulées par la Banque centrale européenne (BCE) plus tôt cette semaine.

En mars déjà, les autorités de supervision avaient appelé les institutions financières du continent à conserver du capital en raison des effets délétères du confinement sur l'activité économique. Cette première demande courait jusqu'au 1er octobre.

En Belgique, l'annonce n'avait suscité que peu de remous. KBC, ING et Belfius, entre autres, avaient rapidement annoncé s'y plier. Un vent de contestation avait cependant soufflé depuis la France. Plusieurs acteurs majeurs, dont le groupe BNP Paribas, avaient affiché leur intention de rémunérer leurs actionnaires malgré tout.

La maison mère de BNP Paribas Fortis entendait ainsi rapatrier le dividende de sa filiale belge vers Paris, mais le gouvernement fédéral, premier actionnaire du géant français, avait joué de toute son influence pour l'en dissuader.

Période des résultats

Cette demande est réitérée alors qu'une deuxième vague de contaminations émerge en Europe et que le spectre des restrictions plane à nouveau sur l'économie. Face à un contexte toujours aussi incertain, la BNB veut encourager les institutions financières à constituer des réserves afin "d'absorber les pertes et garantir la continuité de l’intermédiation financière, notamment l’octroi de crédits et les activités d’assurance en faveur de l’économie réelle".

761
millions d'euros
Deutsche Bank a quadruplé ses provisions annuelles pour risques à hauteur de 761 millions d'euros.

Cette recommandation de suspendre le versement des dividendes intervient alors que nous sommes en pleine période de publication des résultats semestriels. Cette semaine, Deutsche Bank annonçait ainsi quadrupler ses provisions annuelles pour risques à hauteur de 761 millions d'euros, tandis que le mastodonte espagnol Santander faisait état d'une perte de 11,1 milliards d'euros.

Le groupe BNP Paribas diffusera ses résultats ce vendredi. La semaine prochaine ce sera au tour de KBC, ING, Ageas et Belfius de passer sous les fourches caudines des analystes. La question du dividende ne manquera pas d'être posée par les investisseurs à cette occasion.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés