La réforme fiscale de Trump plonge Citigroup dans le rouge vif

©REUTERS

Citigroup fait état d'une perte de plus de 18 milliards de dollars au titre du 4e trimestre. Si le groupe affirme compter bénéficier à l'avenir du nouvel impôt sur les sociétés, les analystes sont moins optimistes.

La banque américaine Citigroup  annonce une forte perte de 18,3 milliards de dollars au 4e trimestre. En cause: des charges exceptionnelles liées à la réforme fiscale.

Hors cette charge, le bénéfice net ajusté du groupe est en hausse de 4% sur un an à 3,7 milliards de dollars, donnant un bénéfice par action (BPA) de 1,28 dollar contre 1,14 un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un BPA de 1,19 dollar. On ne sait pas si le résultat est comparable.

La perte du quatrième trimestre s'explique par une dépréciation de 19 milliards de dollars sur des crédits d'impôt différés liés aux pertes accumulées durant la crise financière et à une charge de trois milliards de dollars tenant à la nouvelle imposition des bénéfices passés et non rapatriés.

La quatrième banque américaine par l'actif a dit qu'elle comptait bénéficier à l'avenir du nouvel impôt sur les sociétés mais les analystes de Wall Street pensent qu'elle risque précisément de moins en bénéficier que ses concurrentes car elle dégage la moitié environ de ses profits à l'étranger.

De nombreuses entreprises américaines inscrivent sur le 4e trimestre ces charges qui résultent de l'adoption en décembre de la réforme fiscale et des modifications qu'elle impose à leur comptabilité.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect