ABN Amro va supprimer 15% de ses effectifs d'ici 2024

©REUTERS

ABN Amro poursuit son recentrage sur les Pays-Bas et l'Europe occidentale. Le groupe entend réduire ses coûts de manière drastique.

La banque néerlandaise ABN Amro a annoncé ce lundi son intention de supprimer quelque 3.000 emplois, soit environ 15% de ses effectifs, d'ici 2024. L'objectif de cette décision est de réduire les coûts d'environ 700 millions d'euros par an et de ramener ceux-ci à 4,7 milliards d'euros.

ABN Amro poursuit ainsi son recentrage autour de ses activités les plus rentables. Pendant l'été, l'enseigne amstellodamoise avait indiqué cesser ses opérations de financement de matières premières. De ce fait elle se retirera de facto des marchés asiatiques, américain, brésilien et australien au cours des quatre prochaines années, hormis pour les opérations de compensation.

Fin 2019, ABN Amro, qui employait alors 340 personnes en Belgique, avait fait savoir qu'elle supprimerait 50 à 70 emplois d'ici 2022 dans le royaume. C'était une conséquence du rachat de la banque privée belge de Société générale, qui a fait doublonner certaines fonctions.

La nouvelle n'a pas eu l'heur de plaire aux marchés. Alors que l'action de la banque batave a déjà fondu de près de la moitié de sa valeur depuis l'éclatement de la pandémie, elle a encore perdu 5% en matinée après cette annonce.

Au début du siècle, ABN Amro était l'un des plus gros établissements bancaires du continent, avec quelque 100.000 employés à travers le monde. Elle avait alors aiguisé l'appétit de Fortis, Santander et RBS, qui avaient mis la main sur la banque pour plus de 70 milliards d'euros, juste avant le cataclysme financier de 2007-2008.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés