Acheter de l'immobilier avec des actions, c'est possible

©Photo News

Emprunter (pour au moins 100.000 euros) et disposer de fonds équivalents, à mettre en gage. C'est possible chez Deutsche Bank Belgique. Cette banque, qui ne faisait que collecter de l’épargne et conseiller ses clients jusqu’ici, s’est lancée dans les prêts.

Techniquement, il s’agit de prêts à tempérament, accordés contre la mise en gage des avoirs détenus par le client auprès de la banque.

Mais la publicité diffusée depuis peu auprès de la clientèle de Deutsche Bank par internet laisse peu de place au doute: au-delà du financement d’"un investissement dans une société ou dans une œuvre d’art", ou du "paiement de droits de succession", c’est l’investissement immobilier qui semble tout désigné.

Résidence secondaire, rénovation, investissement dans l’immobilier locatif ou crédit-pont: Deutsche Bank vient titiller les grandes banques classiques au moyen de "taux très compétitifs", moins chers que sur le marché du crédit hypothécaire.


À partir de 100.000 €
Évidemment, on ne peut pas parler de produit d’appel puisque ces crédits ne sont disponibles qu’à partir de 100.000 euros et qu’ils supposent que le candidat acquéreur dispose déjà d’une somme équivalente sur ses comptes-titres. Mais ils permettent d’éviter les frais de notaire (sur un crédit hypothécaire) puisqu’aucune inscription hypothécaire n’est nécessaire. Ils ne sont en outre frappés d’aucune commission de gestion à l’entame du crédit, sont accordés "très rapidement" et sont beaucoup plus souples.

♦ Et si les avoirs gagés perdent de la valeur? La situation est évaluée tous les 15 jours et, en cas de correction boursière par exemple, la banque s’autorise à demander une réduction de l’encours du crédit ou une modification de la composition du portefeuille.

"C’est un service que nous proposions déjà à nos clients mais (de façon confidentielle), dans le cadre du planning financier. Depuis le début de l’année, nous avons décidé de le rendre plus visible. Il s’adresse à ceux qui ont des projets à long terme mais qui ne veulent pas toucher à leur capital engagé", explique Jean-Michel Seghers, porte-parole de la banque.

Taux très compétitifs
Qu’entend-on par "taux compétitifs"? "Le taux dépend du projet d’investissement, comme pour tout prêt, car il faut qu’on évalue le risque, et de la nature des actifs investis chez nous. S’il s’agit d’actifs très risqués, on sécurise le crédit et le taux reflète le risque plus élevé pris par la banque".


Selon une note fournie par la banque, on parle de taux "all-in" allant de 1,67% sur 10 ans (et jusque 1,29% sur un an) pour la formule avec remboursement de capital à 1,11% sur 6 mois (1,52% % sur 5 ans) si le capital est remboursé en une fois à la fin du crédit. Soit des taux très compétitifs.

Classique ou "bullet"
Deux formules de crédit sont en effet prévues. La formule classique, où le client rembourse chaque mois à la fois du capital et des intérêts (durée: de 1 à 10 ans). Et la formule "bullet", qui prévoit le remboursement du capital à l’échéance (entre 6 mois et 5 ans) et un paiement des intérêts tous les trois mois, une variante qui convient mieux si on peut compter sur une rentrée d’argent à l’échéance (assurance-groupe etc.).


Des prêts "moins chers qu’un crédit hypothécaire" mais aussi un excellent outil de plannification patrimoniale", conclut la banque.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés