Ageas en lice pour le rachat de l'assureur espagnol Caser Seguros

Ageas fait figure de favori dans la course au rachat de Caser Seguros. ©REUTERS

Quatre candidats, dont le belge Ageas, sont intéressés par le rachat de la compagnie Caser Seguros. Ils doivent remettre leurs offres liantes mardi. Ageas devra affronter la concurrence de NN, Helvetia et Santalucia.

Ageas  lorgne un nouveau marché. Le successeur de Fortis est effectivement en première ligne pour mettre la main sur Caser Seguros, une compagnie d'assurances espagnole avec 1,5 milliard d'euros d'encaissement et une valorisation estimée à 1,2 milliard d'euros. L'entreprise dirigée par Bart De Smet n'est pas active dans la péninsule ibérique, Fortis ayant vendu ses activités espagnoles avant la crise financière, en 2007.

Il s'agit de la dernière phase du processus de vente de Caser. Les candidats retenus doivent déposer mardi une offre liante. Selon l'agence Reuters, quatre prétendants sont encore en lice: la petite compagnie espagnole Santa Lucia, la néerlandaise NN, la suisse Helvetia et enfin Ageas.

La Casa de Papel

Les aspirants au rachat de Caser Seguros se sont vus attribuer un surnom tiré de la série "La Casa de Papel". Selon le site d'information Merca2, Ageas porte celui de "Berlin". ©NETFLIX

Dans cette compétition orchestrée par les banques d'affaires Nomura et Barclays, les aspirants se sont vus attribuer un surnom tiré de la série espagnole à succès "La Casa de Papel". Selon le site d'information Merca2, Helvatia est affublé du sobriquet d'"Helsinki", tandis qu'Ageas porte celui de "Berlin".

La société de private equity Cinven s'était également montrée intéressée, mais Caser recherche des actionnaires souhaitant s'engager à long terme. Une position assez compréhensible dans la mesure où plusieurs associés entendent rester au conseil d'administration de l'entreprise. Il s'agit essentiellement de banques qui vendent les produits d'assurances de la compagnie.

Que fera le français Covea?

Caser Seguros est actuellement entre les mains du Français Covea et d'une dizaine de banques ibériques (des institutions d'épargne dénommées cajas). Une partie de ces banques veulent revendre leur participation après avoir trouvé un autre partenaire assureur. D'autres actionnaires souhaitent réduire leur engagement en dessous de dix pour cent, car des participations élevées ont un impact négatif sur les exigences en termes de capitaux.

2 milliards
d'euros
Bart De Smet, le CEO d'Ageas, a déclaré disposer de deux milliards d'euros pour procéder à des acquisitions.

Selon le scénario le plus probable, quelque 60% de Caser Seguros seront mis en vente. La position de Covea demeure, quant à elle, incertaine. Les Français resteraient à bord si les offres formulées sont trop basses à leur goût. Mais, maintenant qu'un montant supérieur à un milliard d'euros est évoqué, il semblerait que les chances de les voir vendre leurs parts sont élevées.

Ageas a toutes ses chances

Ageas fait figure de favori dans la course. Reprendre une compagnie au sein de laquelle il ne posséderait pas toutes les parts n'est pas un problème pour le groupe belge qui est présent dans plusieurs pays grâce à des joint-ventures avec des partenaires locaux. Selon les médias espagnols, Ageas est le seul candidat qui a indiqué souhaiter garder le management local dans l'entreprise.

En mai dernier, le CEO d'Ageas Bart De Smet avait fait savoir que sa société disposait de deux milliards d'euros pour procéder à des acquisitions. ©Wouter Van Vooren

En ligne avec sa politique habituelle, Ageas ne souhaite pas commenter le dossier. Il semble toutefois en mesure de mener l'opération à bien. En mai dernier, son CEO Bart De Smet faisait savoir que sa société disposait de deux milliards d'euros pour procéder à des acquisitions. Il avait également affirmé qu'Ageas réinvestirait un jour le marché espagnol, et que l'Indonésie figurait également parmi ses ambitions.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect