Publicité
Publicité

Après une année difficile, "les banques européennes restent robustes"

Belfius et KBC font partie des banques testées par l'EBA. ING et BNP Paribas Fortis le sont aussi par le biais de leurs maisons mères. Dexia sort, elle, de la liste. ©BELGA

Cinquante banques européennes ont subi pour la cinquième fois le test de résistance de l'Autorité européenne. Leur résilience à une pandémie prolongée semble être "robuste".

Les banques européennes devraient avoir un bulletin positif, mais tout risque lié à la pandémie n'est toutefois pas exclu. L'Autorité bancaire européenne (EBA) donnera ce vendredi les résultats de son cinquième test de résistance du secteur, lancé en janvier dernier.

L'exercice était prévu pour l'an dernier, mais il a été reporté à cause de la pandémie. Le scénario du test se fondait donc cette année sur l'impact d'un Covid-19 prolongé dans un environnement de taux d'intérêt "plus bas et pour plus longtemps", avec une confiance négative étendue dans le temps menant à une contraction économique.

50
banques
Un échantillon de 50 banques européennes, dont Belfius, KBC, BNP, et ING, a été sondé.

Le scénario le plus défavorable évoquait ainsi une contraction de 3,6% du PIB réel, avec un taux de chômage en hausse de 4,7 points, des prix de l'immobilier résidentiel en recul de 16,1%, voire de 31,2% pour l'immobilier commercial. Du côté des marchés, une chute des cours des actions de 50 % à 65% était anticipée dans les économies avancées et émergentes.

"Le scénario défavorable de 2021 est très sévère compte tenu du point de départ macroéconomique plus faible en 2020, en raison de la grave récession induite par la pandémie", précise-t-on à l'EBA.

Dexia sort du scope

Une fois le scénario appliqué, l'EBA surveille plusieurs indicateurs de résilience: la solvabilité des établissements, la suffisance des fonds propres. Les résultats permettent ainsi de calibrer les besoins en capital et en liquidités des banques testées.

Un échantillon de 50 banques européennes, réparties dans 38 pays relevant de la juridiction du mécanisme de surveillance unique (MSU), a été sondé. Sur base des chiffres 2019, cela représente 70% du total des actifs du secteur bancaire dans l'Union européenne et en Norvège.

Pour la Belgique, il s'agit de Belfius et KBC; BNP Paribas Fortis et ING Belgique étant sondées par le biais de leurs maisons mères.

Dexia sort de la liste. La banque résiduelle est désormais considérée comme une institution moins significative (LSI).

Les faillites ne sont pas encore présentes

"La plus grande menace pour les banques, à savoir une augmentation des faillites et des défauts de paiement, ne s'est pas matérialisée jusqu'à présent."
Luis De Guindos
vice-président de la BCE

À la veille de la publication des résultats, Luis De Guindos, vice-président de la BCE, indique dans une interview au Handelsblatt qu'au vu des résultats, les banques européennes s'avèrent "robustes". "Le scénario défavorable est encore plus difficile cette fois qu'il ne l'était lors du dernier test, organisé en 2018, et en plus de cela, les banques viennent de traverser la difficile année 2020."

Luis De Guindos ajoute qu'il faudra toutefois rester attentif sur les banques dont les résultats sont nettement inférieurs à la moyenne.

Pour lui, ce bulletin appelle aussi à la prudence. "La plus grande menace pour les banques, à savoir une augmentation des faillites et des défauts de paiement, ne s'est pas matérialisée jusqu'à présent, malgré les craintes que nous avions au début de la pandémie."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés