"Aucun membre du conseil de Deutsche Bank ne veut une fusion avec Commerzbank"

©EPA

"Il n'y a actuellement personne au sein du conseil de surveillance de Deutsche Bank qui souhaiterait fusionner avec Commerzbank à court terme". C'est la première fois qu'un membre du conseil d'administration (dit de surveillance en Allemagne) de Deutsche Bank s'exprime aussi clairement sur ces rumeurs.

Aucun membre du conseil de surveillance de Deutsche Bank ne souhaite pas une fusion à court terme avec Commerzbank . Ces propos sont ceux de Frank Bsirske, membre de ce conseil de la banque et président du syndicat allemand Verdi.

"À ce stade, les conditions ne sont certainement pas réunies." C'est la première fois qu'un membre du conseil de surveillance de Deutsche Bank, l'organe ultime de décision en cas de projet de fusion, tient des propos si clairs.

Les spéculations sur un mariage entre les deux premières banques allemandes durent depuis des mois. La semaine dernière encore en réponse à une question parlementaire, la secrétaire du gouvernement allemand affirmait que l'État allemand, actionnaire à 15% de Commerzbank, avait eu pas moins de 23 réunions et entretiens téléphoniques avec Deutsche Bank sur la période de mai à décembre dernier. Berlin ne confirmait toutefois pas que cela devait être traduit comme le lancement du processus de rapprochement.

Le ministre des Finances Olaf Scholz se montre pourtant publiquement totalement ouvert à l'hypothèse. Sa volonté est de voir l'Allemagne se doter de banques puissantes. Il ne cache donc pas que ses équipes rencontrent régulièrement les dirigeants de Deutsche Bank et de Commerzbank ainsi que leurs principaux actionnaires.

"Une fusion pourrait avoir du sens dans quelques années, mais pour l'instant, Deutsche Bank et Commerzbank doivent concentrer leurs efforts sur leur remise en ordre"
Frank Bsirske

Mais Frank Bsirske insiste: "il n'y a actuellement personne au sein du conseil de surveillance de Deutsche Bank qui souhaiterait fusionner avec Commerzbank à court terme." Le puissant syndicat Verdi craint des suppressions d'emplois massives dans les deux établissements en cas de mariage.

Les deux banques, comme le ministère des Finances, ont refusé de s'exprimer sur le sujet.

La galère sur les marchés

Frank Bsirske argumente sa position et celle du conseil:

"Une fusion pourrait avoir du sens dans quelques années, mais pour l'instant, Deutsche Bank et Commerzbank doivent concentrer leurs efforts sur leur remise en ordre", poursuit Frank Bsirske. Il évoque ainsi le besoin de Deutsche Bank d'amélioration les performances dans sa banque d'investissement; de simplifier son activité; de renforcer sa structure. Autant de missions qui ont été donné au nouveau CEO, Christian Sewing.

• Autre élément: si rapprochement il doit y avoir, il doit être opéré entre entreprises complémentaires. 

• Enfin, la chute de la valeur boursière de Deutsche Bank mettrait le géant bancaire allemand en position minoritaire dans un tel partenariat. "Et ce n'est certainement pas la voie à suivre pour le moment. Le président du directoire de Deutsche Bank, qui est, je pense, une très bonne personne pour ce poste, n'a laissé aucun doute sur le sujet. Et cette position est largement partagée."

Christian Sewing, le président du directoire de Deutsche Bank, a déclaré mercredi avoir pour priorité le redressement de la première banque allemande et ne pas réfléchir à une éventuelle fusion avec Commerzbank.

Prié de dire si le ministre Scholz faisait pression en faveur de ce mariage, Frank Bsirske s'est dit assez certain que l'objectif du ministre des Finances était d'évaluer la situation. "Mais je suis aussi assez sûr qu'il n'essaie pas d'exercer une influence inappropriée sur la logique d'entreprise et les priorités qui sont en cours de définition au sein des banques. Ce serait complètement contre-productif", a-t-il dit.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n