KBC adapte son réseau d'agences sans supprimer d'emplois

©Hollandse Hoogte / Peter Hilz

Le groupe KBC annonce la transformation d'agences en guichets 100% automatisés. A contrario, certains de ces guichets, peu rentables, seront purement et simplement fermés.

Changement dans le réseau de KBC . Le bancassureur flamand annonce des transformations d'agences en guichets automatiques, mais aussi la fermeture de certaines de ces agences automatisées. Ces modifications seront implémentées petit à petit d'ici la fin de l'année.

"Au premier trimestre de 2019, 57 % des clients effectuaient leurs opérations bancaires par voie numérique seulement", indique la direction de KBC dans un communiqué. La porte-parole insiste: "Cela signifie que 57% de nos clients ne se sont pas rendus au cours du trimestre dans une agence." La banque profite donc de l'occasion pour adapter son réseau omnicanal.

→ D'ici 2019, 65 agences en Flandre seront transformées en agences automatiques. A contrario, 51 agences automatiques peu rentables seront purement et simplement fermées.

"Zéro impact sur l'emploi"

"Ces ajustements permettront à KBC d’utiliser ses ressources et son personnel là où les clients en ont le plus besoin et améliorer ainsi encore son service à la clientèle." Les collaborateurs des agences transformées seront réaffectés dans d'autres agences ou dans les centres KBC Live (un centre par province où tous les spécialistes peuvent être contactés, et ce à des horaires étendus). Pour les fermetures, KBC informera dans les prochains jours les salariés et les clients "en toute transparence". 

Du côté des syndicats chrétiens, on se dit serein. "Nous avons reçu la garantie que les membres du personnel garderont leur statut. A l'inverse d'autres grandes banques qui coupent drastiquement dans leur réseau, KBC n'a pas d'intention de rendre indépendantes certaines agences", explique Dirk De Backere, LBC-NVK.

Même discours rassurant du côté des socialistes: "Il n'y aura aucun impact sur l'emploi", indique Pia Desmet rappelant la convention collective garantissant l'emploi signée au sein de la banque. Dirk De Backere indique toutefois vouloir au plus vite remettre le sujet sur la table pour obtenir une nouvelle garantie d'emploi pendant "au moins 2 ans""La direction promet de commencer prochainement les discussions."   

→ À l'issue de ces changements, le groupe KBC comptera:

•  En Flandre (et dans la partie germanophone): 350 agences et 190 automatisées;
•  À Bruxelles (KBC Brussels): 31 agences et 3 guichets automatiques;
•  En Wallonie (CBC): 86 agences. 

La localisation des agences visées par ces transformations n'est pas encore précisée. Le groupe souhaite d'abord informer le personnel. Des réunions sont prévues dès ce jeudi.

Briques contre machines

Sommes-nous à l'aube d'une totale automatisation chez KBC? Pour l'heure, l'enseigne indique suivre ce que son client lui demande. "Chaque année, nous regardons quels sont les canaux les plus utilisés par nos clients. Il est vrai que la part du numérique est en augmentation sensible", explique la porte-parole. 

La banque poursuit toujours sa stratégie omnicanal. Le client peut donc, comme il le désire, se rendre dans une agence traditionnelle ou automatisée, consulter son application bancaire, se rendre sur le site de la banque ou dans un centre KBC Live. "L'évolution sera donc graduelle".  

Une gouvernance plus agile

Et pendant que le réseau est en phase d'"optimalisation", KBC modèle aussi sa gouvernance. Objectif: rester "agile", "efficace" et "s'adapter au mieux aux attentes croissantes et changeantes des clients et de la société."

"Le comité de direction a récemment commencé un exercice interne à l'échelle du groupe dans le but d'optimiser et de simplifier davantage la structure du groupe au niveau du management (Top 300)", lit-on dans un communiqué. Des changements de fonctions ou des disparitions de postes sont prévus dès le troisième trimestre de cette année. Quelles seront les répercussions exactes sur l'emploi? KBC l'ignore. Les discussions sont en cours avec les personnes concernées. Néanmoins, ces modifications ne seront pas sans impact financier. 

"Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons rester la référence en bancassurance sur nos principaux marchés, parfaitement à même de relever les défis des fintechs, des GAFAs et de tous les autres", indique Johan Thijs, CEO, qui précise que ces modifications sont entreprises depuis 2012. Il ajoute par ailleurs que ces changements s'opéreront via un dialogue social "ouvert et constructif".

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect