Barclays abandonne un projet pilote de surveillance de ses employés

La banque Barclays a mis un terme à un logiciel qui traquait les données de ses employés.

La banque Barclays est accusée d'avoir utilisé des pratiques dignes d'un "Big Brother" via un logiciel qui traque ses employés.

La Barclays vient de stopper un projet pilote qui traque le temps que ses employés passent à leur bureau et qui envoie des avertissements à ceux qui prennent trop de temps en pause. La banque britannique a été accusée d'utiliser des pratiques dignes d'un "Big Brother" après avoir admis recourir dans ses bureaux de Londres à un logiciel qui mesure la productivité de ses employés.

Le logiciel, créé par une firme américaine, offre notamment des conseils individuels aux employés qui ont du retard sur leur objectif en leur proposant de mettre leur téléphone en sourdine, de désactiver les notifications de leur messagerie et d'éviter de faire des pauses qui durent plus de 20 minutes.

"Les employés sont inquiets de s'éloigner de leur bureau, de prendre des pauses déjeuner complètes ou des pauses toilettes ou même de se lever pour boire de l'eau car ils ne connaissent pas les répercussions que cela pourrait avoir sur leurs statistiques", rapporte le média londonien CityAM, en citant des sources anonymes au sein du personnel de la banque Barclays.

Après le tollé provoqué par le logiciel au sein de son personnel, la banque britannique a annoncé qu'elle ne collecterait que des données agrégées et anonymes sur les employés, plutôt que sur une base individuelle. "Ce projet pilote visait à s'attaquer à des problèmes tels que le surmenage individuel et à augmenter la productivité générale", a déclaré une porte-parole de la banque.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés