Belfius Banque veut féminiser sa hiérarchie, trop masculine

©Photo News

Depuis cette année, la banque travaille à faire remonter la proportion de femmes au sein du management. Avec 22% de femmes dans le top 100, il y a du travail.

Chez Belfius Banque, 47% du staff est féminin. Presque la parité en somme. En revanche, plus on monte dans la hiérarchie, moins on croise de femmes. Elles ne sont que 22% dans le top 100. Au sommet, c’est encore plus clair: les six membres du comité de direction sont tous des hommes.

Ce déséquilibre, classique dans le secteur bancaire et comme d’ailleurs dans le monde de l’entreprise en général, n’était pas un sujet jusqu’ici chez Belfius.

Depuis cette année, la banque a décidé d’y travailler spécifiquement. "Il y a un an, nous avons voulu comprendre pourquoi il y avait peu de femmes à un haut niveau de responsabilités", situe Camille Gillon, responsable organisation et développement au sein du département RH de Belfius.

"Depuis lors, nous monitorons la question du genre. Nous avons notamment constaté qu’on avait engagé beaucoup plus d’hommes que de femmes au cours des dernières années, jusqu’à 7 hommes pour 3 femmes." Belfius a donc commencé par corriger cela: depuis cette année, les recrutements sont dans un rapport 50/50.

"Mais nous n’avons pas de politique de quotas", insiste Camille Gillon. "Notre stratégie est au contraire celle des petits pas. Promouvoir les femmes, oui, mais ce qui prime c’est le talent. Du coup, c’est vrai, l’évolution se fait de façon progressive."

Des quotas, ou pas

Et ailleurs dans le secteur, où en est-on? Certaines maisons sont un peu plus loin, chacune ayant son approche. Chez BNP Paribas Fortis, le top 150 compte 26% de femmes, soit tout de même 10% de plus qu’en 2012. L’objectif fixé par le groupe français de 25% pour 2015 a donc été atteint. Le prochain seuil est désormais de 30% pour 2020.

Quant à KBC, si 56% du staff global est féminin, 24% des cadres supérieurs sont des femmes. Ce n’est ni plus, ni moins qu’en 2013. "Nous n’avons n’a pas de quotas, ni d’objectifs", indique le groupe. "Par contre, pour le top 300, la politique est, à compétences égales, de donner la préférence aux femmes."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés