Belfius frappe fort pour limiter le choc du coronavirus

A partir du 16 mars, quelque 2.000 salariés de Belfius seront présents à la tour Rogier, les 2.000 autres faisant du télétravail. Et vice-versa la semaine suivante. ©BELGA

Pour garantir la continuité de son activité, Belfius instaurera, à partir de lundi prochain, une alternance hebdomadaire entre le travail au siège et à domicile. Objectif: limiter les contacts physiques et assurer ainsi la continuité de l'activité.

Face à ce qui est désormais officiellement une pandémie, les entreprises s'adaptent au jour le jour. Les banques, notamment, multiplient les initiatives pour assurer la continuité de leurs activités et testent régulièrement la solidité des systèmes informatiques.

Symptôme, risques, guérison: le coronavirus en questions

Comment se transmet-il? Que faire si je pense l'avoir attrapé? Existe-t-il un vaccin? L'Echo répond aux principales questions soulevées par le nouveau coronavirus.

Il s'agit surtout de limiter au maximum le risque de contamination, pour éviter que certains services soient décimés par la maladie. Belfius a opté pour la manière forte. Pour assurer au maximum la continuité de ses activités, la banque s'apprête à diviser ses équipes en deux parts égales, qui travailleront jusqu'à nouvel ordre alternativement au siège et à leur domicile. À partir de lundi prochain, quelque 2.000 salariés seront présents à la tour Rogier, les 2.000 autres faisant du télétravail. Le schéma sera inversé la semaine suivante, après un nettoyage approfondi des bureaux durant le week-end.

4.000
salariés
Belfius s'apprête à diviser ses 4.000 salariés de la Tour Rogier en deux parts égales, qui travailleront jusqu'à nouvel ordre alternativement au siège et à leur domicile.

Contacts limités

Cette mesure, déjà appliquée depuis deux semaines dans la salle de marchés, permettra d'éviter tout contact physique entre les deux moitiés du personnel, et donc de limiter au maximum les risques de contamination. La division tiendra compte d'une série d'équilibres internes (linguistiques, de compétences, hiérarchiques...).

Même si, chez ING, ce type de mesure est déjà appliqué aux services informatiques, les autres banques ne vont pas aussi loin dans la prévention. Chez BNP Paribas Fortis, plus de 6.000 salariés, soit près de la moitié du personnel, travaillent déjà régulièrement à domicile depuis 2018. Depuis fin février, les employés disposant d'un ordinateur portable sont priés de le ramener chez eux tous les soirs. La proportion de télétravailleurs s'est donc légèrement étendue, mais en interne, on précise qu'elle reste inférieure à 30% de la capacité du système informatique.

Sécurité

"Les systèmes ING sont sécurisés et les capacités informatiques ont été renforcées."
Safia Yachou
Porte-parole d'ING Belgique

Car la multiplication des connexions à domicile pose aussi la question de la sécurité informatique. Chez ING Belgique, des tests sont en cours pour vérifier la capacité du système à absorber une éventuelle surcharge de télétravail en cas de lockdown.

"Les systèmes ING sont sécurisés et les capacités informatiques ont été renforcées. Pour garantir la sécurité informatique d’ING Belgique et de nos clients, les ordinateurs de nos employés sont par ailleurs dotés des mêmes protections lorsqu'ils travaillent à la maison ou à la banque", explique Safia Yachou, porte-parole.

La sécurité des systèmes informatiques des banques semble globalement garantie. "Les systèmes de sécurité des banques sont testés régulièrement et sont sans doute les plus robustes du marché", souligne Vincent Defrenne, CEO de Nviso, une société de consultance en cybersécurité qui a notamment pour clients les quatre grandes banques du pays (BNPP Fortis, Belfius, ING, KBC).

Arnaques

Hasard du calendrier, Nviso a effectué il y a 9 mois un exercice de gestion de crise en cas de... pandémie. "Il a pu révéler que, dans l’ensemble, les entreprises sont aussi bien préparées que possible", dit Vincent Defrenne. La seule vraie menace, selon lui, réside plutôt dans les arnaques où l'on se fait par exemple passer pour un collègue absent.

Les banques ne sont pas épargnées non plus par le coronavirus. BNP Paribas Fortis a diffusé mercredi un mail interne annonçant que deux salariés, dont un travaillant en agence, sont atteints du Covid-19. La banque est occupée à retracer tous ceux (clients, collaborateurs...) qui ont été en contact avec les employés malades. L'agence concernée est quant à elle fermée jusqu’à nouvel ordre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés