Belfius: "Une année difficile nous attend"

Jos Clijsters, président et ex-CEO de Belfius. ©Dieffembacq ©Laurie Dieffembacq

Entendu à la Chambre, Jos Clijsters n'a pu donner précisément le bénéfice net de Belfius, mais a indiqué qu'il était légèrement supérieur à celui de l'année précédente, "mais pas beaucoup plus".

Belfius a enregistré en 2013 un bénéfice net légèrement supérieur aux 415 millions d'euros de 2012. C'est ce qu'a expliqué à la Cambre Jos Clijsters, président et ex-CEO de la banque.

Il n'a pas donné de chiffre précis, étant donné que les résultats annuels n'ont pas encore été approuvés par le conseil d'administration.

Il a aussi expliqué que l'exposition de Belfius à Dexia était de 13,5 milliards d'euros. Lors de la reprise de la banque en octobre 2011, l'exposition était encore de 56 milliards. "Ces 13,5 milliards sont toalement garantis par la Belgique, la France et le Luxembourg. Aujourd'hui, l'on peut donc dire que Belfius n'a plus le moindre risque avec Dexia. C'est une donnée importante."

Selon Clijsters, la lutte est loin d’être terminée. "Une année difficile nous attend", en faisant référence à l’examen approfondi que la BCE va lancer cette année sur les banques européennes.

 Lors du 1er semestre 2013, le groupe détenu à 100% par l'Etat avait enregistré 1,05 milliard d'euros de revenus, en baisse de 23% sur un an. Mais attention au petit jeu de la comparaison. Le cru 2012 avait été solidement marqué par des éléments non récurrents.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés