Publicité

BinckBank cherche à se marier

©binckbank

Et si BinckBank cherchait à séduire un repreneur éventuel? En une petite phrase dans un communiqué sur ses résultats, la plateforme boursière relance toute les spéculations.

L'action de BinckBank , la plateforme boursière en ligne, a clôturé lundi en forte hausse (+ 4,4% à 4,56 euros). Pourtant, l'enseigne a présenté de maigres résultats trimestriels. Alors à quoi doit-on cet engouement des investisseurs?

A une simple petite phrase dans le communiqué: "BinckBank pourrait encore améliorer sa position dans le cas d'une éventuelle consolidation du secteur."

Ce message crypté a suffi à booster le cours de l'action. La valorisation boursière de la société a ainsi grimpé à 308 millions d'euros. "Cette phrase dans la description du changement stratégique a relancé les spéculations de rachat", avancent Jason Kalamboussis et Matthias De Wit de KBC Securities.

BinckBank pourrait intéresser de grands acteurs étrangers, ou une grande banque qui ne dispose pas de plateforme performante pour le trading de particuliers, entend-on aussi. Autre chose: l'enseigne dispose aux Pays-Bas d'une licence bancaire; un atout pour un acteur non bancaire.

Ce n'est pas la première fois que le nom de BinckBank est lié à un mouvement de consolidation. La nouveauté, cette fois, c'est que c'est la banque elle-même qui lance la rumeur. De là à penser que des discussions sont en cours, il n'y a qu'un pas à franchir, que les investisseurs ont franchi hier.

La concurrence est là

Au fil des années, BinckBank est devenue une alternative à bas coût face aux ordres plus coûteux effectués par de grandes banques. Mais la concurrence se fait sentir et l'arrivée aux Pays-Bas du "casseur de prix", DeGiro (créé par des anciens de BinckBank), fait mal. Ce dernier a annoncé la semaine dernière avoir franchi le cap des 3,5 millions de transactions au 3e trimestre. De quoi peser sur les résultats de BinckBank qui a vu sur cette période son résultat d'exploitation chuter de 27% à 4,9 millions d'euros. Les revenus de commissions se sont, eux, tassés de 5% et le nombre de transactions s'est réduit de 4% à 1,74 million.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés