BNP Paribas Fortis devient le numéro 2 du paiement en Belgique

La pandémie a créé un contexte favorable au paiement électronique, et BNPPF a voulu en tirer profit. ©RV DOC

La première banque du royaume va acquérir Ingenico In-Store Belgique via sa filiale Axepta. Elle deviendrait deuxième sur le marché de l'acquiring derrière Worldline.

Le marché belge du paiement va bientôt être transformé: BNP Paribas Fortis annonce ce mardi le rachat de Ingenico In-Store Belgique par sa filiale Axepta. Présente sur le segment des activités de paiement depuis 2014, la banque va entrer dans une autre dimension avec cette opération, qui devrait être conclue en octobre et dont le montant n'a pas été communiqué.

30.000
clients
Avec cette acquisition, Acepta va quasiment doubler son portefeuille de clients, qui chatouillera les 30.000 entreprises.

Alors qu'Axepta a actuellement 13.000 clients actifs, la société va voir sa voilure doubler en empochant les quelque 15.000 entreprises du portefeuille d'Ingenico en Belgique. De quoi devenir le numéro 2 du marché du paiement, que le géant français Worldline domine de la tête et des épaules avec pas moins 70% de parts de marché.

Axepta va ainsi fournir les terminaux de paiement aux commerçants et prendre en charge l'acquiring, soit le traitement des paiements électroniques pour le compte des commerçants, en Belgique et au Luxembourg. Les activités de vente en ligne d'Ingenico ne font pas partie de la transaction.

"C'est un développement important!", souligne Michael Anseeuw, chef du retail chez BNPPFortis. "Le marché belge est très spécifique et la concurrence y est dynamique. Avec cette acquisition, nous pouvons combiner l'acquiring sur plusieurs canaux."

Marché en pleine croissance

"Le nombre de transactions numériques a augmenté de 20% l'an passé. Cette acquisition va nous permettre de sortir du lot."
Stijn Cloet
CEO d'Axepta

La pandémie a créé un contexte favorable au paiement électronique, et BNPPF a voulu en tirer profit. "Le nombre de transactions numériques a augmenté de 20% l'an passé", fait remarquer Stijn Cloet, CEO d'Axepta. "Cette acquisition va nous permettre de sortir du lot." La future obligation légale de fournir une solution de paiement électronique a également convaincu la banque de franchir le pas.

Ce rachat va aussi étoffer l'offre de la banque à l'attention des entreprises. "Nous pourrons ainsi accompagner les PME en leur proposant un package avec plein de solutions simples qui englobent les différents moyens de paiement", indique Michael Anseeuw.

Paradoxalement, l'opération est rendue possible par Worldline. Lorsque l'entreprise a racheté le français Ingenico pour un peu moins de huit milliards d'euros début 2020, les autorités de concurrence ont mis comme condition la cession de certains actifs pour éviter une position trop dominante. C'est ainsi qu'Axepta met la main sur la filiale belge d'Ingenico.

Autrefois délaissées par les grands acteurs de la finance, les activités de paiement sont aujourd'hui considérées comme rentables et bénéficiant d'une croissance potentielle importante. En 2019, FIS rachetait ainsi Worldpay pour la coquette somme de 43 milliards de dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés