analyse

BNPP Fortis ferme 62 agences, prélude à de grosses négociations sociales

BNP Paribas Fortis ferme des agences classiques et ouvre des points (comme celui-ci) où le client est encouragé à passer au digital. ©rv

La banque confirme la réduction de son réseau en 2019. Cela continuera par la suite, à mesure que les ventes digitales s’envolent. Autre changement dans le réseau: le directeur d’agence va disparaître au profit d’un sales manager. Et puis, d’importantes négociations sociales viennent tout juste de débuter. Une réduction de l’emploi en général n’est pas à exclure.

Comme prévu, BNP Paribas Fortis a annoncé ce jeudi aux syndicats une nouvelle vague de fermetures d’agence. En 2019, ce sont 62 agences qui fermeront leurs portes (32 indépendantes et 30 statutaires), ce qui portera le nombre de points de vente à 620 à fin 2019. En parallèle, la banque va aussi franchiser 18 agences aujourd’hui statutaires. Fin 2019, 45% des agences seront ainsi indépendantes (employant 25% du personnel du réseau). Depuis quelques années, la banque franchise par paliers son réseau, pour réduire ses coûts fixes.

Pas fini (du tout)

"Aux Pays-Bas, une banque comme ABN Amro fonctionne avec 200 agences."
Michaël Anseeuw
BNP Paribas Fortis

Cette nouvelle réduction du réseau ne sera certainement pas la dernière. "La Belgique reste dans le top 3 européen des réseaux bancaires les plus denses, avec la France et l’Espagne, indique Michaël Anseeuw, directeur du retail banking chez BNP Paribas Fortis. Aux Pays-Bas, où la digitalisation est plus avancée, une banque comme ABN Amro fonctionne avec 200 agences...". Traduction: le réseau se contractera nettement encore à l’avenir. "Si les ventes digitales continuent d’augmenter, il est clair que cela aura un impact sur le réseau. Le tout est de savoir à quelle vitesse. Et là, honnêtement je n’en sais rien, dit le boss du réseau. Cela dépendra du comportement du client et de notre capacité à développer notre offre digitale."

Or, de ce côté-là, ça pulse. Les ventes digitales progressent quasiment de jour en jour. À ce stade, selon la banque, 20% des ventes se font en pur digital (sans intervention humaine) et près de 15% à distance (via contact center ou web conférence). Pour les produits de base, on approche même les 50% de vente en ligne.

Et quand le client ne passe pas spontanément à son smartphone pour traiter avec sa banque, celle-ci l’encourage à le faire. C’est dans ce but que BNPP Fortis développe un nouveau type d’agences, baptisées "be.connected". Le staff y est équipé de tablettes pour montrer au client comment faire lui-même telle ou telle opération, histoire de…se passer de l’agence ensuite. Après avoir ouvert une agence de ce type rue Neuve à Bruxelles, quatre autres seront ouvertes en 2019 (notamment à Mons côté francophone). D’autres suivront.

Fini, le directeur d’agence

Ce n’est pas tout. BNP Paribas Fortis a aussi décidé de revoir le rôle de directeur d’agence pour l’orienter vers la vente et le coaching de ses équipes. D’ailleurs, on ne dira plus directeur d’agence mais "sales manager", ce qui souligne assez le changement attendu. La banque a réuni cette semaine ses 370 directeurs d’agence statutaires pour leur signifier la chose. Certains seront remplacés, vu le profil commercial désormais recherché, et glisseront vers une autre fonction. Combien? "Cela fera l’objet de discussions fin novembre avec les partenaires sociaux", situe Michaël Anseeuw.

Des négociations sociales plus larges démarrent au sein de la première banque du pays. Celle-ci envisage une réduction du personnel en général, nous dit-on à bonnes sources. "Je ne vais pas commenter ce point, réagit Michaël Ansseuw. Priorité à la négociation sociale."

Elle vient tout juste de commencer, la négo. La fin d’année s’annonce intense pour les partenaires sociaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect