Publicité

BofA enregistre une perte de 7 milliards

Bank of America a bouclé son troisième trimestre sur une perte de 7,3 milliards de dollars, soit 0,77 dollar par action.

 

Bank of America (Bofa) a annoncé mardi une perte nette part du groupe de 7,647 milliards de dollars au troisième trimestre, en raison de dépréciations liées au changement de réglementation sur les cartes de crédit, mais a été bénéficiaire hors éléments exceptionnels.

Avant rémunérations des actions préférentielles souscrites par l'état fédéral au moment de la crise, la perte s'établit à 7,3 milliards de dollars, selon un communiqué de la banque.
En excluant une charge exceptionnelle comptable pour dépréciation d'actifs de 10,4 milliards de dollars, la banque américaine dégage un bénéfice de 3,1 milliards de dollars, soit 27 cents par action, alors que les analystes tablaient sur 16 cents.

Il y a un an, la perte nette part du groupe de Bofa avait atteint 2,241 milliards de dollars.

La charge exceptionnelle "n'a pas d'impact sur les besoins de capitaux de la banque, ni sur ses ratios de solidité ou de liquidité et n'a pas d'impact sur sa capacité à servir ses clients", explique Bofa dans un communiqué.

Elle découle des "limites sur les frais (de cartes de crédit) liés à la réforme financière votée en juillet, qui va réduire les futurs revenus de la branche de services internationaux des cartes bancaires".

"Nous nous adaptons à l'environnement réglementaire, la qualité du crédit continue à s'améliorer, et nous gérons les risques et augmentons notre capital. Nous sommes réalistes sur les difficultés à court terme et optimistes sur les opportunités de long terme", a commenté le directeur général de la banque, Brian Moynihan, cité dans le communiqué.

Les provisions pour pertes liées aux prêts du groupe sont notamment en forte baisse sur un an, à 5,396 milliards de dollars contre 11,705 milliards au troisième trimestre 2009.Ce progrès était salué par le marché et l'action progressait de 0,89% à 12,45 dollars lors des échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance officielle.

Le chiffre d'affaires du groupe (net d'intérêts) atteint 26,7 milliards de dollars, en hausse de 2% sur un an.

Les charges de rémunération du groupe ont augmenté de 10% sur un an à 8,402 milliards au troisième trimestre.
Dans la foulée de la nouvelle législation américaine qui limite les frais sur les découverts bancaires, Bofa a rappelé qu'elle était en train de changer son système de commissions et qu'elle allait désormais exiger un solde minimum sur les comptes chèques de ses clients ou leur faire payer un tarif mensuel, et inciter ses clients à effectuer leurs opérations bancaires sur internet plutôt que dans les agences du groupe.

"Ces changements devraient entraîner des revenus supplémentaires", affirme-t-elle.
Les recettes liées aux taux d'intérêt, principalement les prêts, ont augmenté de 9%, notamment grâce à un moindre coûts du crédit pour la banque.
Les autres recettes se sont très légèrement effritées à 14,265 milliards de dollars à cause d'une baisse des revenus de services bancaires, du courtage sur actions et obligataire, partiellement compensée par une hausse des revenus de cartes de crédit ou d'assurance.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés