Bruno Colmant, nouveau CEO de Degroof Petercam

©BELGA

Changement à la tête de la banque Degroof Petercam. Bruno Colmant succède à Philippe Masset, qui quitte l'enseigne sur fond de "divergences de vues avec le conseil".

"En raison de divergences de vues, le conseil d'administration de Degroof Petercam et Philippe Masset, son CEO, ont fait le constat qu'un niveau suffisant de confiance réciproque n'existait plus pour permettre la poursuite de leur collaboration." C'est en ces termes que la banque a annoncé ce vendredi matin un changement au sein de sa direction. 

Pour succéder à Philippe Masset, le conseil a porté son choix à "l'unanimité" sur Bruno Colmant. Ce dernier oeuvrait jusqu'ici au poste de responsable du département de recherches macro-économiques. Il était également membre du comité exécutif.

Bruno Colmant était entré à la banque à l'été 2015, à la suite du départ de l'économiste en chef, Étienne de Callataÿ

Sa nomination, avec effet immédiat, reste toutefois soumise à l'approbation des autorités de tutelle. 

D'après nos informations, ce changement s'est fait de façon inopinée. Bruno Colmant n'aurait été convoqué que jeudi soir par le conseil. Auprès de la banque, on se limite à déclarer que le personnel a été averti ce vendredi matin.   

Dans le chef des principaux intéressés, Philippe Masset et Bruno Colmant n'étaient pas disponibles pour répondre à nos questions.

Les années Masset

Philippe Masset avait quitté ING en 2014 pour prendre la direction de la banque Degroof. Il avait ainsi pris la relève de Regnier Haegelsteen, arrivé au terme de son mandat. 

Philippe Masset ©Dieter Telemans

Sous sa direction, Degroof avait fusionné avec la banque Petercam. Depuis, les résultats n'étaient plus au rendez-vous. En 2018, les bénéfices de la banque s'étaient tassés de 33% avec un résultat opérationnel en recul de 16%. Dans les deux cas, ces résultats étaient les plus bas depuis la fusion.

Les deux banques étaient très différentes, tant en termes opérationnels qu'en termes de culture d'entreprise.
source syndicale

De sources syndicales, on confirme que la fusion peine à se concrétiser. "Les deux banques étaient très différentes, tant en termes opérationnels qu'en termes de culture d'entreprise."  Une situation qui n'est pas sans répercussion sur le plan social. De nombreux membres du personnel-cadre ont quitté le navire et le "turn over" au sein du personnel est aussi important. "Les gens sont insatisfaits et font face à des incertitudes face à l'avenir."

Car, outre la sauce qui peine à prendre entre les deux enseignes, les rumeurs d'une éventuelle vente du groupe se font aussi de plus en plus pressantes. Le patron de Belfius, Marc Raisière ne cache d'ailleurs pas son intérêt pour l'enseigne "si elle devait être sur le marché". Le nom d'ABN Amro est aussi cité parmi les éventuels candidats à la reprise.

Récemment, Degroof Petercam avait aussi été épinglé pour des lacunes dans les procédures de lutte contre le blanchiment d'argent. Certains affirment aujourd'hui, qu'il s'agirait peut-être de l'élément déclencheur pour "l'écartement" de Masset.

Récemment, Degroof Petercam avait aussi été épinglé pour des lacunes dans les procédures de lutte contre le blanchiment d'argent. Certains affirment aujourd'hui, qu'il s'agirait peut-être de l'élément déclencheur pour "l'écartement" de Masset.

       > Relire notre article: "Grandes manoeuvres autour de Degroof Petercam" 

Degroof Petercam en chiffres

L'entité fusionnée Degroof Petercam emploie désormais quelque 1.400 salariés, dont quelque 900 en Belgique. Le groupe est aussi présent au Luxembourg, en Suisse, en France et en Espagne.

Fin 2018, le groupe gérait plus de 63 milliards d'euros d'actifs sous gestion. Il est actif dans la banque privée, mais aussi l'asset management institutionnel et l'investment banking.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect