Comment arrêter ces attaques de distributeurs?

©BELGA

Malgré la fermeture des distributeurs après 23h et quelques autres mesures, deux nouvelles attaques ont été commises en Flandre dans la nuit de jeudi. Bpost et les banques s'interrogent: quelles mesures supplémentaires permettront d'éviter de nouvelles agressions?

Fermer les distributeurs après 23h n'aura pas suffi à stopper la nouvelle salve d'attaques de distributeurs automatiques de billets. Jeudi vers 3h, deux bureaux de poste ont été attaqués. L'un à Lummen, l'autre à Lommel dans le Limbourg. 

©BELGA

Des bouteilles de gaz ont été utilisées lors de l'attaque à Lummen, mais on ignore encore comment les auteurs de l'effraction à Lommel s'y sont pris. Le butin des voleurs n'est pas encore connu. 

La semaine dernière pourtant, une série de mesures - dont certaines restent secrètes - ont été prises par le ministre de l'Intérieur, la police et la Justice après cinq attaques de distributeurs en un mois (essentiellement en Flandre). 

→ Les mesures: 

Les distributeurs d'argent installés à l'intérieur des agences sont inaccessibles entre 23h et 6h du matin. "C'est une mesure provisoire qui pourrait se prolonger", avertissait alors le porte-parole de Febelfin, Rodolphe de Pierpont. En effet, aucune date limite n'a pour l'heure été fixée. Les distributeurs extérieurs, eux, fonctionnent toujours. 

Des patrouilles de police autour des distributeurs sont organisées et les ministères, forces de police et secteur bancaire s'échangent désormais toutes les informations nécessaires pour mettre fin à ces attaques. 

Cela n'aura donc pas suffi pour empêcher les attaques de ce jeudi. Ce jeudi, bpost et les banques ont annoncé se réunir pour étudier la nécessité de mesures supplémentaires pour éviter ces attaques répétées. 

"Une réunion se déroulera vendredi avec les responsables de la sécurité des banques et de bpost", annonce jeudi Isabelle Marchand, porte-parole de Febelfin, la fédération belge du secteur financier. 

Bpost a annoncé prévoire des mesures de sécurisation supplémentaires immédiates de l'infrastructure, de réduire la quantité de cash dans les distributeurs et implémentera des systèmes de détection pour déceler d'éventuelles attaques. 

Pour rappel, dans les années 1990, ce genre d'attaque était assez fréquent. Puis, le phénomène s'est plus ou moins éteint, puisqu’aucune attaque à l'explosif n'a été recensée en 2015 et 2016. Il est vrai que ce type d'attaque était devenu presque impossible grâce à un mécanisme qui macule immédiatement les billets d'encre, les rendant ainsi inutilisables. Il semble donc que les malfrats ont réussi à déjouer ce mécanisme... 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés