Les banques pourront accorder des crédits plus facilement

©SASKIA VANDERSTICHELE

La Banque nationale de Belgique assouplit les exigences de capitaux propres, qui coûtent cher aux banques lorsqu’elles octroient des crédits. Cette mesure vise à soutenir les entreprises touchées par la crise économique consécutive au coronavirus.

La Banque nationale (BNB) a instauré l'année dernière un "coussin de fonds propres contracyclique" pour les banques belges. La BNB a demandé aux banques de créer des "coussins" supplémentaires pour absorber d'éventuelles pertes sur créances, soit le non -remboursement des prêts.

Avec ces "coussins", les banques doivent détenir plus de capital, ce qui réduit les marges pour le versement de dividendes par exemple. La mesure visait à freiner les prêts bancaires car la BNB avait observé une forte augmentation des prêts. Elle devait devenir contraignante à partir de juillet 2020. Les banques opérant dans notre pays ont dû se constituer un coussin de fonds propres supplémentaire d'un milliard d'euros au total contre les créances douteuses.

Pour toutes les banques opérant en Belgique

La mesure s'applique à toutes les banques de l'Union européenne opérant en Belgique. Ce coussin de fonds propres est exprimé en pourcentage des actifs pondérés en fonction des risques d'une banque. Le mécanisme tampon prévoyait que ce pourcentage passerait de 0% à 0,5%.

En raison de la crise du coronavirus et de ses effets sur l'économie - notre pays se dirige vers une récession - la BNB craint désormais que les banques limitent trop leurs prêts et renforcent ainsi le ralentissement économique. C'est pourquoi ce coussin de fonds propres contracyclique est aboli. Cela donne aux banques une certaine marge de manœuvre pour continuer à fournir des prêts suffisants sans avoir à constituer des réserves supplémentaires.

Lire également

Publicité
Publicité