Deutsche Bank peine à convaincre de son redressement

©REUTERS

Deutsche Bank affiche son premier bénéfice annuel depuis quatre ans. Néanmoins, les chiffres du 4e trimestre sont bien rouges. Après avoir ouvert en stabilité, le titre Deutsche Bank reculait.

341 millions d'euros. En positif. Le géant bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé un bénéfice net annuel dans le vert pour la première fois en quatre ans. Le résultat net attribuable aux actionnaires ressort à 267 millions d'euros contre une perte de 735 millions un an auparavant. La banque a été aidée par sa discipline sur les charges, mais la baisse des revenus s'est poursuivie (-4%). Un recul attribué à la mise en oeuvre du plan stratégique prévoyant entre autres un recentrage des activités, et à l'environnement économique. 

• Le résultat net est cependant inférieur aux attentes des analystes sondés par Factset, qui tablaient sur un solde de 505 millions d'euros.

Mais pour le quatrième trimestre, c'est le rouge vif qui domine. Le groupe a accusé une perte nette de 425 millions d'euros, du fait d'un "environnement de marché difficile" et de "mauvaises nouvelles" autour de la banque.

Le premier groupe bancaire d'Allemagne, qui fait l'objet de spéculations récurrentes sur une fusion avec Commerzbank, a été pénalisé par la faiblesse persistante de ses activités de trading, comme de nombreuses autres banques en raison de la volatilité des marchés en fin d'année, et ses revenus tirés du trading obligataire ont chuté de 23%.

Le groupe affirme par ailleurs être en avance sur son plan de réduction des coûts. Les effectifs ont par exemple été réduits et sont passés sous la barre des 91.800 là où l'objectif était de réduire à 93.000 ETP. De quoi permettre à la direction de revoir à la baisse ses objectifs de réduction de coûts pour 2019.   

Mais l'établissement francfortois demeure globalement moins performant que ses concurrents américains et européens, comme Santander ou BNPP. Et s'il veut vraiment croire en sont redressement, il peine à convaincre le marché. Le titre Deutsche Bank perdant à mi-séance 3,37% à 7,49 euros et naviguant près de son plus bas historique, dans un marché en repli de 0,19%.

Et pour la suite?

→ Fusion ou pas? Hier, on apprenait que la direction de Deutsche Bank n'était plus totalement opposée à un rapprochement avec Commerzbank mais attendait de voir les résultats du premier trimestre.

→ Les litiges? Le groupe bancaire reste confronté à de nombreux dossiers litigieux. Un nouveau s'est ajouté auprès de la Commission européenne qui accuse la banque et sept autres de collusion sur le marché obligataire. Pour le reste, le CEO tente de faire le nettoyage. Son stock de provisions pour litiges a fondu à 1,2 milliard d'euros fin 2018, contre 7,6 milliards fin 2016, alors que 19 des 20 affaires majeures l'impliquant ont été "complètement ou en partie réglées", s'est réjoui Karl von Rohr, membre du directoire. 

Le dividende? Le conseil d'administration propose la distribution d'un dividende de 0,11 euro par action.

Le plan? La banque continuera à raboter sa montagne de charges. Elle fonde aussi ses espoirs dans des compartiments de la banque d'investissement lui offrant des recettes stables, comme la gestion des flux financiers à l'international, où sur les produits de taux, où elle revendique une place parmi les leaders.

Si l'année 2019 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices, avec des risques mondiaux qui pèsent sur les activités de marché, la banque compte néanmoins porter son ratio de rentabilité nette sur fonds propres à "plus de 4%", contre seulement 0,5% en 2018.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés