Publicité

Deux IPO pour l'assurance d'ING

Le groupe néerlandais qui annonce, pour le troisième trimestre, un bénéfice net en baisse de 26% sur un an, se montre optimiste sur les résultats 2010 de son pôle belge.

Le groupe ING, forcé par l'Europe à se recentrer sur les activités bancaires, a annoncé qu'il comptait opérer deux introductions en Bourse de sa branche assurance, l'une en Europe et l'autre aux Etats-Unis. La première introduction en Bourse pourrait donc s'effectuer aux Etats-Unis et porterait sur les activités retraites, tandis que l'autre s'effectuerait en Europe.

"Le but est de créer une société d'assurance forte et rentable aux Etats-Unis qui pourra être introduite en Bourse quand les gains et les conditions de marchés s'amélioreront", a déclaré le directeur exécutif d'ING, Jan Hommen.

Le groupe néerlandais a par ailleurs fait état d'un bénéfice net en recul annuel de 26% au troisième trimestre à 371 millions d'euros, principalement en raison d'une provision pour amortissements liée à sa branche assurance aux Etats-unis.

Le bénéfice net sous jacent est, lui, inférieur aux attentes des analystes. Il ressort à 1,043 milliard d'euros contre 727 millions un an auparavant et un consensus donnant 1,052 milliard. ING a expliqué que les éléments exceptionnels ont plombé de 671 millions d'euros le bénéfice net du troisième trimestre, dont 513 millions attribuables à une provision pour amortissements liée à sa branche assurance aux Etats-unis. A contrario, la forte performance de la banque en ligne ING Direct a largement contrebalancé celle en demi-teinte de l'assurance. Cette activité a en effet transformé sa perte trimestrielle de 2009, élevée à 358 millions, en un bénéfice de 412 millions d'euros.

ING pense par ailleurs enregistrer une dépréciation de l'ordre du milliard d'euros sur ses activités d'assurance aux Etats-Unis.

En Belgique

Pour la Belgique, le groupe annonce un résultat sous-jacent (avant impôts) dans la branche retail comparable d'un trimestre à l'autre. Il s'affiche cependant en recul de 20,5% par rapport à 2009 à 140 millions d'euros.  Les revenus sous-jacents progressent à 516 millions. 

"Les activités de banque de détail en Belgique se portent bien: l'argent continue d'affluer dans nos établissements, les crédits aux particuliers fleurissent et l'activité aux PME reste bonne. La banque commerciale se porte également relativement bien mais est plus volatile. De manière générale, je m'attends donc pour ING Belgique à des résultats proche du record de 2009 à 1,21 milliard d'euros", a déclaré Jan Hommen.

La scission d'ING, qui doit encore rembourser la moitié des 10 milliards d'euros injectés par l'Etat néerlandais, revient dans les faits sur la fusion qui, voici près de 20 ans, avait rapproché la banque NMB et l'assureur Nationale Nederlanden.

"Nous continuons de bien progresser vers nos priorités stratégiques; nous voulons créer de solides sociétés autonomes pour la banque et l'assurance", a conclu Hommen.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés