Dexia a enfin trouvé des femmes

Martine de Rouck a notamment été administratrice déléguée de la Banque de la Poste ©Photo News

Dexia a un cruel besoin de femmes dans son conseil d'administration, pour respecter la loi française. Martine De Rouck, Véronique Tai et Alien Bec vont être proposées lors de la prochaine assemblée générale.

Le conseil d'administration de Dexia va proposer à l'assemblée générale des actionnaires du 17 mai plusieurs nominations:
• Martine De Rouck en tant qu'administratrice de Dexia SA et de Dexia Crédit Local SA, en remplacement de Paul Bodart, démissionnaire. Martine de Rouck est également actuellement administratrice indépendante d’Orange Belgium. Le monde bancaire ne lui est pas inconnu puisqu’après avoir travaillé au sein de BNP Paribas Fortis, elle a pris la  direction de la  banque de la Poste jusqu’à l’arrivée de David Moucheron en 2009. C’était Egon Zehnder qui avait proposé son nom pour le conseil de Dexia.
• Véronique Tai, en tant qu'administratrice de Dexia Crédit Local SA. Membre du MR, elle a notamment été présidente de la commission de ruling. Elle enseigne dans le cadre du Mastère en droit fiscal à l'ULB.
• Aline Bec, en tant qu'administratrice exécutive de Dexia Crédit Local SA. Cette Française est COO chez Dexia Crédit Local depuis fin 2016.

Trois femmes, donc. Etonnant? Non, pas vraiment. Depuis début janvier, la loi française oblige Dexia à compter au moins 40% de femmes dans son conseil d'administration. Dexia n'est pas la seule à devoir se plier à cette règle. La formule des 40% de femmes s'applique à toutes les entreprises françaises de plus de 500 personnes ou dont le total bilantaire dépasse 50 millions d'euros. Dexia est une société de droit belge, mais avec une filiale française, Dexia Crédit Local. Les conseils d'administration de Dexia et de Dexia Crédit Local sont identiques. C'est pourquoi Dexia doit se conformer à la loi française.

→ Pour rappel, la loi belge stipule qu'un administrateur sur trois seulement doit être une femme.

La banque devait donc "trouver des femmes" pour ne pas être sanctionnée. Une entreprise qui ne satisfait pas à la condition pourrait ne pas indemniser ses administrateurs. En voici trois... Evidemment, ces nominations restent soumises d'abord à l'approbation de l'assemblée générale des actionnaires, et ensuite à l'approbation de la Banque centrale européenne.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés