Publicité
Publicité

Diego du Monceau est le nouveau président d'ING Belgique

Changement à la tête d'ING Belgique, où Eric Boyer laisse la présidence du conseil d'administration à Diego du Monceau. Entretien croisé (et à distance) avec l'ancien et le nouveau président de la banque orange.

Le couperet est tombé chez ING Belgique. Cette année, les quatre grandes banques du pays devaient poser un choix pour la présidence de leur conseil d’administration. Jos Clijsters fut le premier à voir son mandat prolongé, pour un maximum de deux ans, à la tête de Belfius. Quelques jours plus tard, KBC annonçait avoir choisi Koenraad Debackere pour succéder à Thomas Leysen. Au début de ce mois, BNP Paribas Fortis a décidé de proroger le mandat de Herman Daems de quatre années supplémentaires.

En mars, Eric Boyer de la Giroday, qui préside le CA d’ING Belgique depuis neuf ans et dont le mandat devait normalement prendre fin en 2023, a annoncé se retirer dès le mois d’avril pour des raisons personnelles. La fin d’un long chapitre, puisqu’il avait intégré l’institution il y a maintenant 36 ans, quand celle-ci s’appelait encore BBL. "Ma porte était toujours ouverte, et à l’avenir, ma ligne téléphonique sera toujours disponible", souffle en souriant celui qui laisse sa place à Diego du Monceau de Bergendal et qui était le mentor d’Erik Van Den Eynden, actuel CEO d’ING Belgique.

"Nous avons des challenges à relever à court terme. D’une part, la banque doit rester très solide. D’autre part, il faut nous occuper de nos clients, dont certains éprouvent des problèmes difficiles actuellement."
Diego du Monceau
Nouveau président du conseil d'administration d'ING Belgique

Diego du Monceau est entré au conseil d’administration de la BBL, qui deviendra ING Belgique, en 1993. Membre d’une famille noble, ses études l’ont notamment fait passer par Harvard. Au cours de sa carrière, il a exécuté plusieurs mandats à responsabilité, entre autres à la tête du groupe GIB, ainsi qu’au sein de 3 Suisses, KBL, GAM Holdings ou encore JPMorgan.

Challenges à court terme

Sous réserve de l’approbation de la BCE, il s’apprête à prendre les rênes de la l'institution dans un contexte difficile. "Nous avons des challenges à relever à court terme. D’une part, la banque doit rester très solide. D’autre part, il faut nous occuper de nos clients, dont certains éprouvent des problèmes difficiles actuellement", indique-t-il en guise de priorités immédiates.

"L’avantage d’une banque comme ING par rapport aux néobanques, c’est la confiance qu’elle inspire, ce qui n’a pas de prix à long terme."
Diego du Monceau

A moyen terme, ING Belgique va poursuivre sa digitalisation tambour battant, dans un contexte où la banque mobile et en ligne a encore accéléré son développement avec le confinement. "Les clients perçoivent de plus en plus leur banque comme une application plutôt que comme un immeuble ou une agence", fait valoir Eric Boyer. "L’avantage d’une banque comme ING par rapport aux néobanques, c’est la confiance qu’elle inspire, ce qui n’a pas de prix à long terme", estime Diego du Monceau.

ING Belgique est une filiale du groupe ING, détenue à 100% par celle-ci. Le dividende belge censé remonter vers Amsterdam a ainsi été transformé en bénéfice reporté au moins jusqu’au 1er octobre pour respecter les demandes de la BCE.

Culture internationale

Alors que des voix s’élèvent depuis plusieurs années en Belgique pour déplorer la perte des centres de décision économiques, Diego du Monceau estime pour sa part qu’être adossé à un groupe d’envergure mondiale est un avantage. "Il y a vingt ans, une petite banque bruxelloise est devenue une banque internationale qui couvre tout le territoire belge." Eric Boyer estime quant à lui que le caractère "plus mondial que néerlandais d’ING" lui donne une culture "non sectaire" où chacun a sa chance.

La question de la présidence va revenir sur la table d’ING Belgique assez rapidement. Le mandat de Diego du Monceau, qui prenait fin en principe cette année, n’a été prolongé que d’un an. Il n’est dès lors pas certain que le nouveau président, âgé de 71 ans, soit reconduit.

ING Belgique annonce par ailleurs l’entrée de l’ancien CEO de bpost Koen Van Gerven, d’Anne-Sophie Castelnau et de Justyna Kesler au conseil d’administration. Les nominations de ces deux dernières doivent également être approuvées par la BCE.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés