"Ethias sera dans le vert fin 2015"

©BELGA

L’assureur est en perte nette au premier semestre mais est "très confiant de terminer l’année sur un léger bénéfice net", estime le CEO Bernard Thiry.

Le conseil d’administration d’Ethias a entériné ce vendredi les résultats au 30 juin. L’assureur a clôturé le premier semestre sur une perte nette de 111 millions d’euros.

111 millions €
La perte nette d'Ethias au cours du premier semestre.

Le résultat opérationnel atteint 218 millions d’euros, dont 154 millions d’euros de résultat récurrent (contre 126 millions de résultat récurrent il y a un an) et 64 millions d’euros non récurrents, provenant essentiellement de plus-values réalisées lors de la vente de positions en actions.

Ces chiffres opérationnels sont "en avance par rapport au budget" indique la direction. Ces chiffres sont toutefois ramenés dans le rouge par deux éléments.

1) 86 millions d’euros ont été versés à la réserve dite "clignotants", provision que la Banque nationale impose depuis quelques années aux assureurs-vie dont les taux garantis dépassent les taux du marché.

2) 243 millions d’euros sont partis vers les clients détenteurs d’une First A sous forme de prime de sortie lors de la vaste opération menée en mars dernier. Ethias proposait temporairement une prime de 14% à tout qui clôturait son compte (ou en retirait minimum 100.000 euros). Les comptes First A, qui assurent des taux élevés (3,44% en moyenne) et vie, pourrissent la vie de l’assureur. Au total, 27.000 clients ont accepté l'offre, retirant 1,9 milliard d’euros, soit 58% des réserves.

Le coût de l’opération plombe le premier semestre mais "renforce de 28% notre solvabilité et ce, de façon pérenne", souligne Benoît Verwilghen, vice-CEO et CFO. La marge de solvabilité pointe à 183% au 30 juin (179% un an plus tôt; normes dites Solvabilité I) et devrait se situer à 125% en fin d’année, dans les nouvelles normes prudentielles (Solvabilité II) qui entrent en vigueur au 1er janvier 2016 et qui requièrent 100% minimum. "Et ce non compte tenu des plus-values sur nos placements, qui se situent à 1,6 milliard d’euros", insiste Bernard Thiry.

1,45 milliard €
Les primes encaissées par Ethias ont représenté 1,45 milliard d’euros lors du premier semestre 2015.

Du côté des ventes, les primes encaissées ont été stables lors des 6 premiers mois de l’année, à 1,45 milliard d’euros (contre 1,42 milliard un an plus tôt).

L’assureur liégeois travaille pour rappel à l’émission d’un emprunt subordonné complémentaire de 150 à 200 millions d’euros, sur 10 ans. "Cela se fera avant la fin de l’année, comme prévu", indique Bernard Thiry.

La solvabilité d’Ethias est mise à rude épreuve par un durable et coûteux décalage: ses produits d’assurance-vie garantissent des rendements bien plus élevés que les taux d’intérêt en vigueur sur les marchés financiers.

Emplois perdus

Ethias a aussi prévu de réduire de 10% (soit de 45 millions d’euros) ses frais généraux, ce qui passe notamment par une réduction des effectifs (de 1.720 à 1.600 équivalents temps pleins) à l’horizon 2017 et par une cotisation de crise de 2 à 5% sur tous les salaires pendant 2 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés