Filip Dierckx quitte (bientôt) BNP Paribas Fortis

Filip Dierckx, ici en septembre 2008, soit au plus fort de la crise Fortis, qui a mené au démantèlement du groupe et au rachat de la branche bancaire par BNP Paribas. ©BELGA

Le 1er janvier prochain, le numéro deux de la banque la quittera après 22 années passées au sein de son comité de direction. Filip Dierckx y siégera ensuite comme administrateur non exécutif.

Il faisait partie des meubles. Le 1er janvier 2020, Filip Dierckx (64 ans) quittera le comité de direction de BNP Paribas Fortis, où il avait fait son entrée… 22 ans plus tôt. Il était le numéro deux (vice-président) du comité de direction, aux côtés du CEO Max Jadot. Filip Dierckx ne quittera pas tout à fait la maison pour autant. Il siégera encore au conseil d’administration de la banque, en tant qu’administrateur non exécutif, sous réserve de l’accord du régulateur.

Filip Dierckx sera remplacé par Daniel de Clerck (56 ans) en tant que chief operating officer, lui-même remplacé par Khatleen Pauwels (41 ans) dans sa fonction de responsable "end-to-end operations". Le comité de direction de la banque reste donc exclusivement masculin: six sièges, six hommes.

Quelques mois de plus

On notera que Daniel de Clerck remplace Filip Dierckx comme COO mais pas comme vice-président. Il n’y a donc plus de numéro deux chez BNP Paribas Fortis, du moins actuellement.

Daniel de Clerck prendra le costume de COO en janvier prochain. ©BNP Paribas Fortis

Il était initialement prévu que Filip Dierckx quitte la banque en 2019. Mais plusieurs développements internes à la banque l’ont amené à rester en fonction quelques mois de plus. D’abord, il y a eu l’arrivée en quelques mois de plusieurs nouveaux au sein du comité de direction, entre fin 2018 et début 2019: Franciane Rays en tant que directrice financière, Sandra Wilikens dans le rôle de directrice des ressources humaines et Marc Camus comme chief information officer.

Ensuite, en tant que président du conseil d’entreprise, Filip Dierckx a mené les négociations sociales qui ont abouti à une nouvelle convention collective de travail en février dernier, qui prévoit la disparition de 2.500 emplois sur trois ans. Une nouvelle réduction drastique du réseau d’agences est aussi au programme (de 678 à 411) d’ici fin 2021.

Une série de CEOs

Entré comme juriste en 1983 à la Générale de Banque (rachetée en 1998 par Fortis, devenue BNP Paribas Fortis en 2009), il n’en est jamais sorti. En 22 ans de comité de direction, il a travaillé avec toute une série de CEOs, de Maurice Lippens à Max Jadot, en passant par Anton van Rossum, Jean-Paul Votron ou encore Jean-Laurent Bonnafé.

Khatleen Pauwels ©BNP Paribas Fortis

L’éternel numéro deux aura tout de même brièvement été numéro un, lorsqu’il présidera le comité de direction de Fortis Banque fin 2008 et début 2009, soit pendant les quelques mois qui ont séparé la chute de la maison Fortis et le rachat de la branche bancaire par le groupe français.

Son nom restera associé à la crise qui a mené au démantèlement du bancassureur Fortis, dans la mesure où il pilotait à l’époque la division "merchant bank" où étaient logées les positions prises dans les crédits subprime, ces produits à risque à la base de la crise financière de 2008.

Filip Dierckx compte parmi les sept responsables de la banque inculpés par la justice pour avoir délivré des informations erronées et trompeuses dans le cadre de l’augmentation de capital initiée en 2007 pour mettre la main sur ABN Amro. Fin 2018 toutefois, le parquet de Bruxelles a proposé d’abandonner les poursuites, coincé entre manque de preuves et menaces de prescription.

Autre départ en vue

Le départ d’une autre figure pointe à l’horizon puisque le mandat d’Herman Daems, président du conseil d’administration depuis 2009, expire au printemps prochain, avec l’assemblée générale ordinaire. Il aura alors 74 ans. Qui le remplacera? La réponse à cette question n’est pas encore connue.

Il se dit que Max Jadot, qui à 61 ans a rempilé en mars dernier pour un troisième mandat de CEO, pourrait ne pas exercer un mandat exécutif complet mais prendre la présidence du conseil. La banque ne commente pas. Dans cette hypothèse, qui serait le successeur de Max Jadot aux commandes de la banque? Rien n’est encore joué. Le jeu de chaises musicales n’a probablement pas encore touché à sa fin au sommet de BNP Paribas Fortis.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés