Filip Dierckx se rend disponible pour Belfius

En coupant les liens avec BNP Paribas Fortis, Filip Dierckx se rend disponible pour la présidence de Belfius. ©Thierry du Bois

Filip Dierckx, qui avait annoncé son départ de la direction de BNP Paribas Fortis pour le 1er janvier, remet sa démission avec effet immédiat. Il se rend ainsi libre pour Belfius.

Son départ était prévu pour le 1er janvier. Filip Dierckx, le numéro deux de BNP Paribas Fortis, accélère le tempo. Il a en effet remis jeudi à la banque une lettre de démission avec effet immédiat. Il annonce également que, contrairement à ce qui avait été décidé, il ne siégera pas comme administrateur non exécutif au conseil d’administration de la banque belge.

BNP Paribas Fortis ne donne aucune indication sur les raisons qui poussent Filip Dierckx à anticiper de quelques semaines son départ. En interne, on se contente d’indiquer que la transition s’en trouve accélérée. Daniel de Clerck prend avec effet immédiat la responsabilité de directeur opérationnel et de président du conseil d’entreprise, sous la direction du CEOMax Jadot.

La recherche d’un nouveau président pour remplacer Jos Clijsters chez Belfius est citée par certains comme la raison de ce départ anticipé. Selon nos informations, le futur ex-n°2 de BNPP Fortis a en tout cas été contacté par le chasseur de têtes chargé de la mission. En coupant les liens avec BNP Paribas Fortis, il se rend disponible pour la présidence de la banque de la place Rogier.

Un conflit d’intérêts?

Mais selon plusieurs sources, il y aurait une autre raison à ce départ de BNPParibas Fortis: un conflit d’intérêts autour de son rôle de président du groupe SDWorx, et en particulier autour de produits financiers (des crédits) que SDWorx a auprès de la banque.

En coupant les liens avec BNP Paribas Fortis aujourd'hui, Filip Dierckx se rend disponible pour la présidence de Belfius.

Filip Dierckx dément. "Ma décision de démissionner anticipativement est basée sur le fait que je considère que je ne peux plus fonctionner plus longtemps auprès de la banque parce que je suis très intéressé par le poste de président de Belfius, réagit-il.Telle est la vérité. D’autres explications cherchent le mal là où il n’y en a pas. Je nie formellement l’existence d’un conflit d’intérêts."

Filip Dierckx combine depuis 10 ans la présidence de SDWorx avec sa fonction de dirigeant de BNPParibas Fortis. Un éventuel conflit d’intérêts n’a jusqu’ici jamais été évoqué publiquement.

Entré comme juriste en 1983 à la Générale de Banque (rachetée en 1998 par Fortis et devenue BNP Paribas Fortis en 2009), Filip Dierckx n’en est jamais sorti. En 22 ans de présence au comité de direction, il a travaillé avec toute une série de CEO, de Maurice Lippens à Max Jadot, en passant par Anton van Rossum, Jean-Paul Votron ou encore le Français Jean-Laurent Bonnafé, aujourd’hui CEO du groupe.

D’autres noms cités

Il n’est pas sûr que Filip Dierckx se trouve sur la short list pour la présidence de Belfius. Et son nom n’est pas le seul à être cité. Celui de Koen Van Gerven, ex-CEO de bpost, qui a par le passé présidé bpost banque, est évoqué, tout comme celui de Paul Lembrechts, le patron de la VRT, qui a toutefois affirmé préférer se concentrer sur les défis de la chaîne publique flamande.

Le mandat de Jos Clijsters, l’actuel président de Belfius, viendra à échéance à l’issue de l’assemblée générale du 29 avril 2020. Filip Dierckx, qui vient d’une banque concurrente, pourrait-il d’emblée lui succéder? Rien ne semble l’en empêcher. Chez Belfius, il occuperait, en effet, une fonction non exécutive.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n