Publicité

ING Belgique va réduire de moitié son réseau d’agences statutaires

Au total, les agences statutaires visées emploient quelque 150 personnes. ©Peter Hilz

La quatrième banque du pays veut, d'ici à la fin de 2022, ramener son réseau à une cinquantaine d’agences en propre. Une restructuration qui se veut sans perte d’emploi.

ING Belgique, la quatrième plus grande banque du pays, a annoncé, lors d’un conseil d’entreprise tenu ce jeudi, qu’elle allait continuer à sabrer dans son réseau d’agences. ING Belgique en compte aujourd’hui 405, dont 94 sont gérées directement par la société (les "statutaires"), les 311 autres étant dirigées par des agents indépendants.  

55
agences à supprimer
Au total, ING Belgique veut supprimer 55 agences, dont 44 statutaires.

À présent, ING Belgique veut réduire son propre réseau d’agences de 44 unités pour n’en conserver que 50 à la fin de l’année prochaine. Dans le réseau indépendant, 11 agences seraient fermées. 

La banque poursuit ainsi, au pas de charge, la réduction de son réseau d’agences en propre. À la fin de 2020, ING Belgique avait déjà annoncé son intention de supprimer 62 agences "statutaires" d’ici à la fin de cette année. On y pointe des agences qui avaient déjà été fermées en raison des premières mesures contre le covid, mais également des succursales qui fonctionnent encore aujourd’hui sur rendez-vous. 

Agences plus grandes

La banque déclare à présent vouloir remettre l’ouvrage sur le métier pour pouvoir opérer à travers un réseau de plus grandes agences avec davantage de personnel. Le personnel ING se plaint en effet depuis longtemps d’une charge de travail trop élevée et de sous-effectifs dans les agences. 

La décision de sabrer dans le nombre d’agences n’aurait pas d’impact sur l’emploi dans la banque. Le personnel opérant dans une agence appelée à disparaître serait donc repris dans une autre succursale de la banque. Au total, les agences statutaires visées emploient quelque 150 personnes.  

"Il n’est pas évident pour tout le monde de déménager du jour au lendemain pour aller travailler à un autre endroit. L’impact ne sera pas nul."
Un délégué syndical

"Les plans que nous avons présentés aujourd’hui ne conduiront donc pas à de pertes d’emploi", souligne Safia Yachou, la porte-parole d’ING Belgique. "Toutes les agences statutaires concernées ne disparaîtront d’ailleurs pas nécessairement du paysage. Elles pourront également être reprises par des agents indépendants et fusionner avec des agences existantes." 

Les syndicats ne se disent pas convaincus de l’absence de répercussions sur l’emploi. "Il n’est pas évident pour tout le monde de déménager du jour au lendemain pour aller travailler à un autre endroit. L’impact ne sera pas nul", déclare un délégué syndical. 

Centres d’appel

Lors du conseil d’entreprise, ING Belgique a donné également plus de détails sur son nouveau plan stratégique pour les trois prochaines années, "Route 2024". La direction a ainsi précisé vouloir également réorganiser le département CLT, à savoir les services de support qui servent surtout les centres d’appel.  

"La direction donne l’impression qu’elle veut soulager le personnel en s’attaquant à ce département CLT. Mais nous pensons plutôt que c’est une première étape vers davantage de sous-traitance", déclare un autre délégué syndical.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés