ING ferme une agence sur quatre aux Pays-Bas

ING Nederland avait déjà un plan pour repenser son réseau d'agences, mais la banque accélère maintenant le pas. ©ANP

La banque néerlandaise accélère la réduction de la taille de son réseau d’agences dans son pays d’origine. Un amaigrissement qui n'aurait, pour l'heure, aucun impact sur le réseau d’agences belge, selon ING.

ING avait déjà un plan pour repenser son réseau d'agences aux Pays-Bas, mais la banque accélère maintenant le pas.

La banque coupe à la fois dans son réseau d'agences bancaires et dans ses "points service".

Elle coupe à la fois dans ses agences bancaires et dans ses "points service" implantés dans des magasins. Sur 170 agences, 42 disparaissent, soit près d’un quart. Et ING supprime 41 points service, pour arriver à 378. La banque affirme que l’opération ne devrait pas conduire à des licenciements: 90% des 150 employés concernés pourront changer de bureau ou travailler dans un autre département.

Inquiétudes en Belgique

En Belgique, ING n'a, jusqu’à nouvel ordre, pas de nouveaux plans pour son réseau d'agences, indique une porte-parole. Ces dernières semaines, les syndicats se montraient toutefois de plus en plus préoccupés.

432
agences
En Belgique, tout le réseau n'a pas redémarré après le confinement. Sur les 597 agences, 432 sont à nouveau ouvertes.

Tout le réseau n'a pas rouvert après le confinement. En mars, la moitié des 597 agences belges avaient été fermées, les autres ne pouvant plus être visitées que sur rendez-vous. Depuis le mois dernier, 432 sont à nouveau ouvertes.

ING Belgique a beau affirmer qu’il n’y a pour l’instant pas de plan concernant le réseau, le personnel est loin d’être rassuré. "Tout le monde pense qu’une série d’agences  vont vraisemblablement rester fermées après la crise du coronavirus, déclare le représentant syndical Filip De Sutter d'ACV Puls. Nous nous attendons à ce que ce qui a été décidé aux Pays-Bas se passe ici. Il est temps que la banque ait un langage clair. "

Et la question des agences n’est pas la seule à mettre les nerfs à l’épreuve chez ING Belgique. Le départ inattendu du patron, Eric Van Den Eynde, fin du mois dernier, a renforcé le sentiment que quelque chose se préparait.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés