"ING, la plus prometteuse des banques cotées du Benelux"

ING a tenu ses promesses en matière de réduction des coûts. ©EPA

Supérieurs aux attentes, les résultats trimestriels d'ING ont séduit des analystes. Elle est désormais la banque préférée de Morgan Stanley pour le Benelux, et ce, au détriment de KBC.

Après avoir déjà grimpé de 6,7% vendredi, dans la foulée de la publication de ses résultats, ING a encore bénéficié d’une standing ovation des investisseurs, ce lundi, avec un gain de 6,5%.

On se rappellera que la banque batave a enregistré, à l’issue de son 4e trimestre, un bénéfice avant impôts de 1,05 milliard d’euros alors que les analystes tablaient, en moyenne, sur 649 millions d'euros. Explication: l’établissement a dû acter moins de provisions pour des risques de crédit. Ils atteignaient 208 millions d’euros, soit 51% en moins qu’un an auparavant.

Switch KBC-ING

Morgan Stanley estime qu’ING affiche désormais le plus gros potentiel de hausse parmi les banques cotées du Benelux. Il l'a échangée avec KBC sur sa liste d’achat. KBC a eu longtemps sa préférence mais est désormais correctement valorisée. Il n’est donc plus à "acheter" sur le bancassureur belge mais bien sur ING, dont il a relevé l’objectif de cours à 10,5 euros, contre 8,8 euros avant. L’analyste Giulia Aurora Miotto a majoré ses estimations de bénéfice de 15% pour la période 2021-2024 et anticipe une amélioration significative dans les prévisions concernant les provisions.

"Nous considérons cela comme un premier pas vers l'amélioration de l'efficacité et vers un regain de la confiance dans le chef des investisseurs."
Benjamin Goy
Analyste à la Deutsche Bank

La Deutsche Bank ("acheter") a également relevé son target passant de 10 euros à 10,5 euros. Benjamin Goy souligne que les revenus nets d’intérêt ont surpris positivement en regard du consensus. Clairement, les obstacles liés à l’environnement des taux demeurent, mais la banque dispose de bon nombre de leviers pour y faire face, constate-t-il. Quant aux revenus des commissions au 4e trimestre et, plus important encore, aux perspectives pour 2021, ils sont encore meilleurs.

Coûts en baisse

Mais ce qui a surtout séduit l’analyste, ce sont les coûts qui, au cours des dernières années, ont constitué une déception majeure avec une inflation annuelle comprise entre 2% et 3%. Le CEO du groupe avait promis récemment une baisse de ceux-ci. Et elle s’est bel et bien matérialisée en fin d’année. "Nous considérons cela comme un premier pas vers l'amélioration de l'efficacité et vers un regain de la confiance dans le chef des investisseurs", estime Benjamin Goy.

10,5
euros
Morgan Stanley et Deutsche Bank ont fixé un objectif de cours de 10,5 euros pour ING.

Autre élément positif: pour l’analyste, ING sera l’un des principaux bénéficiaires de la potentielle levée des restrictions que la BCE a imposées en matière de dividende. Le rattrapage des dividendes des exercices 2019 et 2020 et le coupon intérimaire du 1er semestre 2021 pourraient se traduire par un retour aux actionnaires de 13% de la capitalisation boursière fin de l’année, a-t-il calculé.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés