ING ne limitera pas les retraits des "seniors"

La banque ING a été contrainte de faire marche arrière après la tempête déclenchée par sa décision de limiter les retraits d'argent pour ses clients de 60 ans et plus à 1000 euros par semaine.

Protéger les "seniors" des arnaques. Telle était la volonté d’ING Belgique en limitant à 1000 euros par semaine les retraits des 60 ans et plus. Mais cette décision a soulevé une tempête de protestations, poussant la banque à faire volte-face.

En quelques heures, ING a dû faire face à une pluie de critiques.

"La retraite pour un indépendant est fixée à 65 ans. Jusque là, nous sommes capables de gérer nos affaires, de travailler, voire de donner du travail à d’autres. Je trouve donc étrange de me retrouver dans la catégorie des personnes à protéger pour leur bien", affirmait par exemple un sexagénaire.

"Faire une mesure générale pour tous les gens qui ont 60 ans et plus, c’est une discrimination par l’âge pure et simple", déclarait pour sa part l’association Senior Flex.

"La banque considère-t-elle tous les plus de 60 ans dorénavant comme des personnes totalement ou partiellement hors d’état de gérer leurs biens et qu’il faut protéger comme en matière d’administration provisoire des biens appartenant à un majeur?" s’interrogeait pour sa part la ministre de l’Égalité des chances, Joëlle Milquet. Le ministre Vincent Van Quickenborne parlait, lui, de réaction exagérée et appellait la banque à revoir sa position, suggérant même aux clients mécontents de changer de banque !

Même au sein de la maison-mère d'ING Belgique, on affirmait ne pas partager cette mesure. "Aux Pays-Bas, nous ne souhaitons pas faire de distinction entre les catégories de clients. Il n'y a aucune raison. La Belgique applique des limites hebdomadaires alors que les Pays-Bas utilisent des limites quotidiennes", a déclaré un porte-parole.

Enfin, certains notaient que "ce plafond peut être revu à la hausse ou à la baisse sur demande du titulaire de compte, ce qui n’empêchera pas les séniors de se faire dévaliser par l’entourage".

Au sein d’ING Belgique, on s'est dit surpris par cet afflux de réactions. "La mesure partait d’une bonne volonté. Les substitutions de codes et de cartes ont doublé en quatre ans, touchant majoritairement les 60 ans et plus. De plus, 98 % des retraits hebdomadaires n’atteignent pas 1.000 euros alors que le plafond normal est fixé à 2.500. Il n’y a pas de limite par jour".

En fin de journée, ING Belgique annonçait une évaluation de la situation. "Nous rencontrons mercredi le Centre pour l’Egalité des Chances. S’il s’avère qu’il y a discrimination, nous pourrions limiter les retraits aux personnes le demandant". Un peu plus tard, un nouveau communiqué tombait. Pour annoncer cette fois que la mesure tant controversée ne serait pas introduite. "ING Belgique a décidé de ne pas appliquer la décision. Elle avertira individuellement les clients impliqués des possibilités qui leurs sont offertes pour déterminer eux-même la limite de leurs retraits hebdomadaires". L'incident est clos. Mais il laissera des traces sur la réputation de la banque...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés